Thérapeute spécialisé dans  les dommages commis par l’abus de numérique.

Le numérique a changé les manières de faire, de penser, de vivre le quotidien. Dans ce tourbillon nombreux troubles sont apparus. Le numérophate les observe, les analyse et corrige les effets négatifs.
Les troubles les plus fréquents liés à la numérisation de notre vie quotidienne sont :

  • La difficulté à lire de manière linéaire et à se plonger dans un roman. Habitués aux hyperliens qui permettent d’approfondir le sujet d’intérêt de l’instant, les lecteurs s’ennuient lorsqu’ils doivent lire un texte long. La pratique permanente de la lecture « hyperlinkée » a modifié la plastique cérébrale.

Le numérophate remédie le plus souvent à ce problème en proposant des lectures circulaires. L’usager qui revient toujours à son point de départ de la lecture découvre l’intérêt de la lecture linéaire.

  • La phobie du Big Brother qui lors de la connexion vous épie en permanence et, a contrario, le désarroi du geek sans connexion. Les premiers patients ont peur du trop de surveillance, les autres craignent d’être abandonnés par la matrice.

Les numérophates considèrent que la seule solution pour résoudre ces problèmes est la connexion permanente au réseau pour les premiers et l’interruption de toutes formes de connexion pendant quelques jours pour les autres. A les entendre, flirter avec ses craintes permet de les relativiser.

  • Les pertes de repères spatiaux et temporels dus à cette proximité lointaine qu’on entretient avec des collègues.

Les numérophates conseillent de dévirtualiser la relation. En clair, de  rencontrer l’autre. Ils pensent que la rencontre physique, plus riche, car jonglant avec tous les sens, et plus contraignante est le meilleur remède à cette pathologie.

  • La schizophrénie numérique. Le patient ne sait plus faire la différence entre lui-même et ses avatars. Il a comportement d’avatar dans la vie réelle qui peut avoir des conséquences dramatiques. Des centaines de personnes, croyant se téléporter d’un endroit à l’autre, se sont jetés des immeubles.

Pour ces pathologies lourdes, le numéropathe aide le patient à détruire tous ses avatars et à prendre conscience de son identité personnelle.

Selon le Dr Federico Tonioni, psychiatre exerçant à l’hôpital Policlinico Gemelli de Rome, « Les addictions à l’Internet sont en train de devenir un problème courant, elles pourraient toucher jusqu’à 40% des internautes ».

Ce médecin propose plusieurs entretiens aux patients avec des sessions d’une heure et demie de thérapie de groupe. Pour le docteur, l’échange émotionnel avec d’autres patients est primordial : « Il permet de réapprendre à communiquer. L’Internet est un monde virtuel plein de sensations mais pauvre en émotions ».

En Chine, une clinique de l’Addiction Internet s’est ouverte à Shanghai.