Manateufer

Manateufer

photo-lpeManager au mode « déchire ta race » et « teuf des idées »

 

Nous sommes en 2030. Né en Janvier 2000 dans une banlieue parisienne sinistrée, Djamel Leiki a aujourd’hui 30 ans et autant de sociétés créées à son actif.  L’innovation étant l’ingrédient principal de son succès, il nous raconte ce qu’il a mis dans la marmite.

Déchire ta race
Quand tu te lèves le matin, il faut que tu aies envie de déchirer sa race. Tu dois vouloir déplacer les montagnes et en particulier celle qui te cache la vue. Si tu es gris et mou, rendors-toi. tu n’arriveras jamais à créer une entreprise qui cartonne.

Commentaire
Pfizer, Apple, Pixar… Toutes les entreprises innovantes ont été lancées par des individus passionnés. La passion étant contagieuse, ils cultivent et encouragent celles de leurs employés.

La teuf des idées
Il faut que tu fasses en permanence la teuf aux idées. À chaque fois qu’un collaborateur en a une, tu lui payes une mousse ou tu fais sauter un bouchon. Tu encourages et après tu vois si l’idée est bonne. Dans les entreprises des guignols old school, c’est le contraire qui se passe. On critique, on démolit et on transforme l’apporteur d’idée en carpette. Après, il ne faut pas s’étonner. Les carpettes, on peut juste marcher dessus, mais pas compter sur eux.

Commentaire
Si les entreprises mettent l’innovation dans leur priorité, elle n’a dans la réalité que peu de place. La prise de risque et la créativité sont davantage sanctionnées, sous différentes formes (de l’indifférence jusqu’à la mise à l’écart) plutôt que récompensées.

Traiter en artiste
Tes gars, il faut que tu les traites en artiste. Ce ne sont pas des chefaillons qui ont dit à Klein de sortir sa boîte de crayons bleus ou à Miles Davis de composer de « Blue in green ». Il faut que tu leur lâches la grappe et fasses confiance. Il faut pouvoir respirer pour faire sortir son génie.

Commentaire
Par crainte, les managers ne font pas confiance et dans l’élan étouffent souvent la créativité. Si l’objectif est clair et que les travailleurs ont une réelle marge d’autonomie, les résultats sont en général supérieurs à ceux attendus.

Se jeter à l’eau sans bouée
Quand un môme veut marcher, il se lance. Au début, il se prend des gamelles. Pas grave, il retourne vite au charbon. C’est comme cela qu’il apprend. Pour l’entreprise, c’est pareil. Il faut que les collaborateurs puissent se jeter à l’eau. S’ils se noient, no problem, on les repêche et ils replongent. S’il faut leur accrocher une bouée ou un parachute, à chaque fois qu’ils se bougent les fesses, cela devenir supra lourd. Pendant ce temps, nos concurrents auront fait plusieurs longueurs de bassin.

Commentaire
Risquer quelques coups de bâton à cause d’une idée peu orthodoxe s’avère souvent payant. C’est en tout cas toujours plus exaltant que rester dans les ornières des habitudes.

Aérer ses idées
Tu as une idée. Si tu restes dans ta boîte avec des clones, c’est sûr, ils vont te taper sur le dos et trouvez que c’est de la bombe. Tes idées, il faut les sortir de la boîte, leur faire prendre l’air. Il faut surtout taper la discute avec des zozos qui n’ont pas des ciboulots avec la même config que toi. À tous les coups, ils te donneront le plus qui va faire la différence

Commentaire
Think outside the box est un principe élémentaire. Penser en dehors des schémas habituels contribue aux concepts les plus innovants. Il faut humer l’air du temps pour avoir des justes intuitions et détecter les ruptures à venir.

Rejetez les dés

Quand tu joues au dés, tu gagnes pas à tous les coups. Dans le business, c’est le même bastringue. Tu lances un produit et un service, tu regardes si tu gagnes ou tu perds. C’est gagné, c’est top. C’est perdu, tu rejoues et t’es pas tricard pour autant. Comme c’est rare que tu gagnes du premier coup, il faut savoir insister.

Commentaire
James Dyson a testé près de 5.000 prototypes différents avant de mettre au point son aspirateur révolutionnaire.
Les meilleures entreprises donnent leur chance à beaucoup d’idées et oublient très vite les échecs pour refaire rapidement de nouvelles tentatives.

Des embarcations maniables
Djamel et Max sont dans un bateau. Max tombe à l’eau, qu’est-ce qui passe ? Ben c’est selon. Si Djamel est sur un paquebot, il prie pour le salut de son pote. Le temps que le paquebot fasse demi-tour, Max se sera noyé. Si Djamel est sur une petite embarcation, il change de cap, repêche son pote et se prend une caisse ensemble. Pour l’entreprise, c’est pareil. Si tu es trop gros, au premier accident, c’est la cata. En revanche, si tu petit et maniable, alors là, tu peux surmonter tous les coups, voire en profiter.

Commentaire
Le groupe industriel ITW est centenaire et pèse plus de 16 milliards de $ de chiffre d’affaires. La firme réfléchit à petite échelle. À chaque fois qu’une unité opérationnelle dépasse les 100 millions de $ de chiffre d’affaires, elle est scindée en deux plus petites entités ou plus.  Les petites entités sont moins réticentes aux changements et perçoivent plus vite le danger.

Casser les frontières
Quand j’ai monté ma première boîte, j’ai engagé que des cousins de la cité. C’était chamé. On se comprenait même sans parler. Mais le souci, c’est qu’on vendait qu’à des comme nous.  Alors, j’ai recruté des Bacs plus deux, cinq , dix, des blancs, des jaunes, des handicapés. Au début, c’était la gueurre des gangs, mais on finit par apprécier nos différences. Si tu ne casses par les frontières à l’intérieur de ton entreprise, tu es mort.

Commentaire :

La diversité est l’un des ferments les plus efficaces de la créativité. Les équipes homogènes réfléchissent en général toutes de la même façon et se laissent rarement challenger.

Mouillard

Mouillard

faulTwitt envoyé lorsque la couche de bébé ou papy est mouillée

Finies les couches que l’on change inutilement ou les enfants qui restent des heures dans leur urine. Les nouvelles couches intègrent un dispositif d’envoi de mouillards ou message indiquant que la couche est mouillée. Les proches présents devant leur ordinateur peuvent intervenir.

Grâce à ce mouchard électronique, les parents peuvent évaluer le degré de mouillardise dans les crèches ou temps  moyen entre le constat d’humidité et le changement de la couche.

Ce système est utilisé dans les maisons de retraite. Des twitts sont envoyés au personnel soignant.

  • Actualité du mot

Incontinence urinaire et iPad !

Au  Japon, l’Aipad (même prononciation que  l’iPad d’Apple) est un produit high tech pour l’incontinence des adules. Il s’agit d’une protection rectangulaire qui ressemble à une couche droite ou à une protection anatomique, dans laquelle il est inséré deux bandes en aluminium qui sont reliées à un capteur. Lorsque le change est mouillé, le capteur informe un récepteur par ondes radio. Les aidants ou les soignants peuvent visualiser s’il est temps de changer la protection du patient grâce aux indications du récepteur.

 

Photo Nicolas Tarrin

Motivamuser

Motivamuser

Utiliser l’humour et le jeu pour motiver

La motivation est un dopage énergétique. Elle permet de nous mettre en action. Les chercheurs se sont aperçus que l’humour, le jeu, l’amusement sont des éléments qui font fonctionner le système. Quand on utilise ces éléments, on parle de motivamuser.

On motivamuse un élève lorsqu’on lui propose un jeu passionnant qui lui permettra tout en s’amusant avec ses amis d’apprendre une langue étrangère, la physique quantique et de découvrir Platon sa caverne.

On motivamuse un salarié d’une entreprise lorsque réussir un challenge actionne ses zygomatiques, mobilise son enthousiasme et qu’il a plus l’impression de s’amuser que de travailler.

La motivamusation repose sur le fait que l’amusement et le plaisir est une manière simple et efficace de changer des comportements.

  • C’est déjà demain

Quelques vidéos illustrant les principes de la motivation par le plaisir.

 

Moutonneuse

Moutonneuse

FRANCE-TOURISM-HERITAGE-ENVIRONMENT

Service de tonte de gazon utilisant des moutons

Disposant de moutons et de barrières mobiles, le moutonneur  ( berger des villes) se déplace à la demande.

Le nombre de moutons dépend tant de la superficie à tondre que de la rapidité voulue pour raccourcir son gazon.

Le principe de ce service est tant ludique qu’écologique. La nouvelle mode est d’utiliser des moutons pour tondre les jardins et parcs publics urbains.

Dans l’esprit on aussi des anoneuses (tonte par les ânes), chévroteuse (tonte par les chèvres).

  • C’est déjà demain

L’association lyonnaise Naturama est aujourd’hui sollicitée régulièrement pour l’utilisation de ses moutons Soay. Originaire d’Ecosse, cette espèce en voie d’extinction a l’avantage d’être totalement autonome. Ils n’ont besoin de presque rien pour faire leur travail.

Après avoir tondu les pelouses du Fort de Dardilly, ils vont paître dans le parc de la Feyssine à Villeurbanne.  Peu après son lancement, cette moutonneuse avait son carnet de commandes plein.

  • Est-ce une idée désirable  ?

Les moutonneuses bêlent du côté de l’écologique et du durable. Outre économiser essence et produits polluants, ils évitent une corvée bruyante qui détériorent souvent les rapports de voisinage.
En revanche, il faut bien réfléchir à la mise en place de moutonneuses de proximité. Si on transporte les animaux par camions, les bénéfices écologiques risquent d’être de l’ordre du publicitaire. Il est bon de le préciser car des entreprises ont fait appel à des moutons pour se faire « écolo-mousser ». (Confère les subvercom : Action verte servant à communiquer et à faire croire à un engagement écologique.

MIDAC

MIDAC

Maladie identifiée dynamiquement par un abonnissement communautaire

Le Midac consiste à effectuer des examens médicaux qui sont analysés par un logiciel et une communauté composé de médecins et patients-experts (ou malades ayant acquis un savoir sur une maladie précise).

Le patient entrant dans un cycle Midac effectue une série d’examens cliniques et est examiné par un médecin.

Toutes les informations sont envoyées à une base de données. Ces éléments sont traités par un logiciel avant d’être fournis à la communauté. Le diagnostic et le traitement résultent d’un échange entre tous ces professionnels.

Les médecins se sont opposés contre cette pratique qui remet en cause leur pouvoir. Ils ont demandé aux autorités son interdiction en arguant du danger pour les patients de ce qu’ils qualifiaient de  « médecine de poulets de batterie ». Les autorités ont fait la sourde oreille à leurs sollicitations en constatant la qualité de ces diagnostics communautaires.

<>

Des clics pour poser un diagnostic

« Toussez et dites 33, Internet vous écoute. » Pour faciliter le travail des médecins généralistes, une équipe britannique a développé &quot;une clinique de la toux&quot; virtuelle, uniquement sur le web. L’idée de départ est simple : la toux est l’un des motifs de consultation les plus fréquents en médecine générale et « une toux chronique engendre en moyenne six à huit consultations, le plus souvent sans succès », souligne le Pr Alyn Morice, à l’origine de la « cough clinic ». Le diagnostic étiologique étant particulièrement difficile à poser, les chercheurs britanniques ont eu l’idée de mettre au point un site permettant de préparer la consultation.

A priori, cette initiative unique en son genre pourrait faire tousser les médecins. Internet en lieu et place du colloque singulier, c’est évidemment contre tous les principes déontologiques. Mais la « cough clinic » ne se substitue pas au médecin. Son fonctionnement en témoigne. Lire la suite sur medecinews

Informatique médicale : patient virtuel, usine à gaz et pompe à fric

Dans le meilleur des mondes, les systèmes informatiques de santé serviraient moins à améliorer l’offre de soin, la qualité des diagnostics et la coordination des personnels de santé qu’à veiller au respect scrupuleux de la réglementation, à protéger le personnel soignant des risques de procès, et à dépenser du temps et de l’argent en prestations de service informatique.
C’est pourtant le constat accablant que dresse le Comité des sciences informatiques et des télécommunications du Conseil national de la recherche américain dans un épais rapport intitulé “Computational Technology for Effective Health Care: Immediate Steps and Strategic Directions” (Une technologie informatique pour un système de santé performant : mesures immédiates et directions stratégiques), et basé sur un examen des systèmes mis en place dans 8 des établissements américains les plus en pointe en matière d’informatisation des pratiques médicales : 

Lire la suite sur Internet actu