Participapulseur

Participapulseur

Concepteur et animateur de manifestations participatives

secouez2

Descriptif du métier

Le participapulseur :

  • conçoit des manifestations qui impliquent les participants et ne les réduit pas au rôle de spectateur.
  • invente des dispositifs pratiques et ludiques qui augmentent le niveau de participation.
  • gère une équipe de facilitateurs qui vont s’attacher à dynamiser les échanges productifs.
  • coache les intervenants pour qu’ils distribuent de manière efficace un savoir utile l’assemblée.
  • trouve des solutions ludiques et technologiques pour que les savoirs et les expertises soient enrichis par l’intelligence collective.

C’est déjà demain

Pour en finir avec les interminables tables dites rondes où des intervenants positionnés en  ligne déversent leurs savoirs, de nouveaux types de manifestations sont en train d’émerger.
Exemples :

Barcamp

Un Barcamp repose sur le principe suivant : « Pas de spectateurs, tous participants ».
Lors d’un Barcamp les experts sont au même niveau que les amateurs. Ils ne viennent pas ouvrir et vider leur valise à savoir. La construction s’effectue par l’échange et le métissage des réflexions.
Dans cette logique, le contenu est fourni par les participants. Le programme se construit de manière collaborative. Dans le modèle initial, cela prend la forme d’un tableau matriciel avec d’un côté les salles ou tables disponibles, de l’autre les créneaux horaires.
Lancés en 2005 en Californie, les Barcamps connaissent aujourd’hui un franc succès. Chaque année, plusieurs centaines de Barcamps ont lieu aux États-Unis, en Europe en Afrique, en Asie. Le principe émane de communauté de férues de nouvelles technologiques, d’où le nom, en référence au « foobar », un terme argotique des hackers.
Au fil du temps, d’autres communautés ont été conquises, d’où l’apparition de Winecamp, Formacamp, Bookcamp…


Explorcamp

Conçus par les Explorateurs du Web, les Explorcamps permettent d’explorer des nouveaux usages, concepts, idées.
L’explorcamp est composé de tables d’exploration. Un animateur présente pendant 20 minutes un usage, une technologie ou une réflexion.
Au coup de cloche, les participants changent de table. À l’issue de la manifestation, les participants ont appréhendé plusieurs thématiques.

World Café

Les participants débattent d’une question ou d’un sujet en petits groupes. À intervalles réguliers, ils changent de table. Un hôte reste à la table et résume la conversation précédente aux nouveaux arrivés.

Pecha Kucha

Initiées en 2003, les soirées Pecha Kucha (bruit de la conversation) consistent à inviter des porteurs de projets à présenter leurs travaux et réflexions pendant 6 minutes et 40 secondes. Chaque présentateur commente 20 images qui sont projetées pendant 20 secondes.

Explor-school

Chaque participant devient tour à tour élève et formateur en partageant ses pratiques sur un usage et un outil.

 

Prospective du métier

Internet a transformé toutes les manières de penser et de faire. Les séminaires, conférences et autres événements liés à l’échange et la réflexion sont concernés par ces changements :

  • la connaissance universelle est désormais en libre accès sur le Net. Envisager des manifestations qui se limitent à la diffusion d’expertises s’avère moins pertinent.
  • favorisant les interactions entre des éléments hier distincts, le monde s’est complexifié. Pour résoudre les nouvelles problématiques, faire appel à l’intelligence collective s’impose de plus en plus.
  • les nouveaux outils numériques et les réseaux sociaux ont familiarisé les participants au partage d’informations et à l’échange d’idées et de réflexions. Devenus acteurs, ils aspirent à participer activement aux débats et acceptent moins d’être réduits au rang de spectateur.
  • les réunions s’ouvrent au monde. Un message Facebook ou Twitter envoyé depuis un téléphone mobile fait sauter les frontières.
  • les échanges virtuels se multipliant, les rencontres physiques deviennent de plus en plus nécessaires. Elles permettent de consolider les liens virtuels et d’organiser des métissages d’approches et d’idées propices à l’innovation.

En résumé, il serait urgent de former les futurs concepteurs d’événement à la « participapulsion. »

Un guide pour participapulser

Une version papier plus complète
Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Percolacteur

Percolacteur

iPad Will It Blend Blendtec

Spécialiste du copier-coller intelligent ou de l’adaptation d’idées innovantes

Le percolacteur a deux fonctions.

Il est :

Veilleur spécialisé en innovations

  • Il repère les idées innovantes dans tous les domaines. Il s’intéresse tant aux innovations technologiques qu’aux innovations marketing, managériales, sociétales.
  • Il observe les réussites et les échecs dans la reprise d’idées.

Adaptateur d’idées

Il réfléchit à la manière d’adapter l’idée à un business et contexte économique différent.

Le percolacteur ne réinvente pas la roue, mais permet de la faire tourner de manière efficace dans un environnement différent.

  • Le percolacteur est indépendant ou travaille dans des entreprises qui considèrent que l’innovation est le fer de lance de la perennité de l’entreprise.
  • Et aujourd’hui

Le copier-collage intelligent d’idées n’est pas encore une démarche systématique. La logique du brevet-propriété empêche d’exploiter ce filon.

De nombreuses start-up transposent en France une idée qui fonctionne bien aux Etats-Unis. Leurs promoteurs  oublient souvent la différence des tailles des marchés.

On parle beaucoup d’innovation dans l’entreprise, mais on a rarement la possibilité (ou le courage) de donner sa chance à des idées « made in ailleurs »

Quelques idées (non technos) que le percolacteur pourrait adapter :

Jimmy Fairly, lancée en mai 2011, propose, pour chaque paire de lunettes achetée, d’en offrir une à une personne dans le besoin via des associations humanitaires. Et si l’on acceptait de faire en même temps du business et du social ?

– Tribord, une filiale de Décathlon spécialisée dans les accessoires et sports d’eau, effectue en moyenne un test par semaine. Ce sont les employés qui testent en priorité. Et si le personnel devenait le premier public à satisfaire ?

– La Poste réfléchit au moyen d’utiliser ses voitures quand elles ne servent pas. Et pourquoi pas faire l’inventaire des ressources non utilisées qu’on pourrait partager ?

– Google a lancé le principe du 80/20. 80% du temps, le salarié travaille pour l’entreprise, 20 % du temps sur un projet personnel. Et si cette recette d’aération des esprits pouvait doper l’innovation d’autres entreprises ?

– La société  BlendTec, spécialisée dans les mixers,  a quadruplé son chiffre d’affaires avec un budget marketing de 20 dollars. Le responsable marketing a acheté une blouse blanche à un de ses collègues et l’a filmé broyant des choses insensées. Les vidéos sur YouTube ont connu un vrai succès. Et si les équipes phosphoraient en prenant en compte la puissance du Net ?

– Depuis 2006, les Ted Talks ont été mis en ligne, et plus de mille interventions sont aujourd’hui disponibles en vidéo sur le site Ted.com ou sur YouTube. Elles ont été visionnées plus de 500 millions de fois ! Le projet Ted Open Translation Project vise à les traduire dans plus de 40 langues pour les rendre accessibles au monde entier. Ces présentations synthétisent le meilleur d’un monde qui bouge. Et si les entreprises prenaient un jour par mois pour visionner ces vidéos et réfléchir à des idées innovantes ?

Prédicticien

Prédicticien

minorityreal Expert utilisant les algorithmes et l’analyse sémantique pour prévoir des événements

Le prédictien utilise des algorithmes pour prévoir différents événements comme…

Au niveau sociétal :

  • Des crimes
  • L’évolution de la bourse
  • L’arrivée d’une maladie.

Au niveau d’une entreprise

  • Le départ des employés d’une entreprise
  • Le succès d’un produit

Au niveau individuel :

  • L’arrivée de problèmes de santé.
  • Les chances de succès d’une rencontre amoureuse…

L’algorithme se base sur des données disponibles en nombre. Ces données peuvent être produites par les utilisateurs sur le Net (messages Twitter, recherches Google…) ou des données publiques.

Le prédicien propose des réponses à apporter lorsqu’il y a une forte probalité qu’un événement se produise.

Le prédicien travaille de concert avec l’algorithmeur, qui lui conçoit les algorithmes de prédiction.

 

  • Actualité du mot

Prédire des crimes

La police de la Santa Cruz, en Californie, a entamé une expérience consistant à utiliser un algorithme qui prévoit quand et où certains crimes vont être commis, et permet d’envoyer des hommes sur le terrain avant même que ces crimes ne soient commis….

L’algorithme se base sur des calculs utilisés pour prévoir les répliques qui suivent un tremblement de terre important. Le cœur du programme est la croyance que les criminels commettent souvent un second crime, ou un troisième, dans le même lieu et à la même heure, si le premier a réussi. Par exemple, si un cambrioleur réussit à entrer dans une maison à 2 heures de l’après-midi dans un certain quartier parce que cette maison était vide, il utilisera cette expérience pour tenter un nouveau cambriolage dans une autre maison du même quartier à peu près à la même heure

A suivre sur Internet actu

Kevin Slavin : “il nous faut dresser l’Atlas des algorithmes contemporains”

“Si on commence à tirer sur le fil rouge des algorithmes, on se rend compte qu’ils déterminent de plus en plus de choses dans nos vies. Pas seulement les échanges commerciaux ou le niveau de remboursement de nos pensions de retraite… Ils déterminent également la valeur de l’immobilier, ce qu’on regarde à la télé, le prix des produits, ce que nous mangeons, comment nous circulons, ce qui va nous arriver, la manière dont sont conçues les chansons, ce que nous allons voir au cinéma, ce que nous lisons, le titre des livres que nous lisons, ce que nous pensons de ce que nous lisons…” Tant et si bien que dresser l’Atlas des algorithmes contemporains, de tous les domaines où ils ont une influence, est déjà devenu quasiment impossible.

A suivre

L’évolution des épidémies

Google Flu Trends est un outil réalisé par Google qui déduit des recherches effectuées sur le moteur de recherche l’évolution une tendance. Il mesure combien de fois le mot grippe ou gastro-entérite ou varicelle a été recherché et, en déduit des évolutions de la maladie. Il s’appuie sur le fait que les utilisateurs recherchent des informations lorsqu’ils pensent avoir des symptômes d’une maladie.

Prédire des évolutions d’un état de santé

L’entreprise américaine Predictive Medical Technologies a développé un algorithme qui permet de prédire les arrêts cardiaques 24 heures à l’avance. Il prend en compte à la fois de l’état médical d’un patient, ses résultats d’analyses, les données du moniteur, et les rapports des infirmières.

Ce système a été développé à l’université de l’Utah, elle-même rattachée à un hôpital. Cette nouvelle technologie sera bientôt testée en conditions réelles dans un service de soins intensifs de Salt Lake City.

Source



Qui va quitter Google ?

Google a conçu un  algorithmique se basant sur une série de données comme les promotions, les fiches de paie.. Il indique quels sont les employés qui sont susceptibles de démissionner.

Source



Le succès d’un film

Deux chercheurs de l’entreprise HP, Sitaram Asur et Bernardo Huberman, on mis au point un algorithme qui permet de prédire le succès d’un film. L’algorithme est basé sur trois données : le nombre de tweets générés par le film, leur longévité, et leur nature (positif, négatif ou neutre). Il résulte de l’analyse de 3 millions de tweets concernant 25 films.

Les résultats s’avèrent fiables à 97 % : l’algorithme a prévu 16,8 millions de dollars de recettes pour “The Crazies” en première semaine, et les recettes avérées ont été de  16,06 millions ! L’algorithme fonctionne particulièrement bien sur les films dont le coeur de cible est en ligne avec les usagers de twitter : jeunes, technophiles, avec un bon pouvoir d’achat …



Twitter, la bourse et la prévision

Et si Twitter était le prochain outil pour prédire l’évolution de la Bourse ?  Un jeune Britannique de 28 ans, Paul Hawtin, a lancé un « hedge fund », Derwent Capital Markets, entièrement basé sur ce concept. Un algorithme analyse la centaine de millions de « tweets » diffusés chaque jour pour « comprendre » l’humeur du moment.

Le concept se fonde sur des recherches très sérieuses d’un professeur d’informatique de l’université d’Indiana aux États-Unis, Johan Bollen. Ce dernier a analysé quelque 10 millions de tweets diffusés pendant dix mois en 2008. Le résultat, publié dans un article scientifique, est spectaculaire : à 87 %, le résultat de l’humeur du jour prédit trois à quatre jours à l’avance la direction (à la hausse ou à la baisse) de l’indice Dow Jones. Le modèle n’est pas parfait : il ne prédit pas si la hausse ou la baisse est importante, ni sur quels secteurs elle doit avoir lieu. Mais la corrélation est claire, et le chercheur estime que la marge d’erreur est de 6 %.

ProspecthniK

ProspecthniK

Google-Vs-Facebook

Blabla techno-savant qui pronostique la victoire ou la défaite d’un  leader du Net

 

Facebook, Twitter, Google +…  La prospecthiK est un grand sport des aficionados du Net. Il consiste à  pronostiquer l’évolution des réseaux sociaux et à faire croire qu’on sait  qui va manger l’autre.

Pour faire croire à sa connaissance du futur, les experts es-futur du Net utilisent différentes méthodes  :

1. L’expert… répond à une question que tout le monde devrait se poser,

Exemples:

Pourquoi Facebook est-il déjà dépassé?

Comme Netscape fut dépassé en son temps par Internet Explorer, comme Yahoo! le fut par Google, comme Friendster par MySpace et MySpace lui-même par Facebook. Facebook sera très bientôt dépassé à son tour…

Avouons-le d’emblée, pas besoin d’être un grand futurologue pour annoncer cette prophétie.

L’actualité récente l’a révélée de façon planétaire au grand public : lorsqu’un événement brûlant se déroule en « live » dans la salle d’un tribunal new-yorkais, plus personne ne pense à mettre à jour son profil sur Facebook. (A suivre sur le blog de Luc Legay)

Pourquoi Google + va enterrer Facebook ?

Dans ce duel, Google s’est armé d’arguments très sérieux, dont le principal est la transparence. Si en mai, un Hoax avait laissé croire que Facebook perdait des millions d’utilisateurs, cela pourrait devenir réalité dans les mois qui viennent . Car contrairement au NYT, je pense que Twitter n’a rien à craindre de Google + : il y aura toujours la place pour un service anonyme (ou pas…) de Real Time Web, plus axé vers le « nous« , que vers le « je« ; En revanche, Facebook, lui, peut trembler… (A suivre sur le Petit Web)

2. Brandit une étude,

Les chiffres sont généreux. Quand ils parlent, ils peuvent servir l’une ou l’autre chapelle.

Exemple :

Une petite étude intéressante nous dit même que les 2/3 des utilisateurs de Facebook serait prêts à passer à la concurrence ! Peut-être un peu tôt pour le dire, mais la menace est sérieuse (et elle est certainement prise au sérieux du côté des équipes de Mark Zuckerberg).

 

3. S’imprègne de la théorie de l’évolution et propose une représentation visuelle de ses certitudes

Mais on a aussi, le détachement salutaire. Quelques K2R du Net qui nous permettent de sourire des dames Irma du web.

 

Google+, Twitter ou Facebook ? Mon cul.

Le blog de Cyrille de Lasteyrie alias VINVIN

Donc, si on me demande une prédiction gratos, comme ça, avant le petit Calva, je dirais que Google+ ne va pas détrôner Twitter sauf si Lady Gaga y va. Je dirais que Twitter ne va pas mourir sauf si Christine Boutin twitte elle-même et ça ce serait vraiment un sale coup. Et je dirais que Facebook est là pour des décennies vu comment les ados y perdent leur sens du monde extérieur tout en retardant de six ans leur dépucelage, minimum. Je rappelle d’autre part que pendant qu’on se tripote sur les réseaux, leurs fondateurs engrangent des patates par milliards : on enrichit des mecs à qui on aurait jeté des pierres au lycée tellement ils étaient craignos (ceux qui connaissent le mot craignos sont des digital enthousiastes) ! J’ai eu la joie ultime d’entendre Zuckerberg causer en 2007, sur scène. J’ai cru que je regardais un documentaire Tchèque sur les amibes du soja. Le charisme d’un poulpe. Mais un poulpe qui vaut trois milliards, ça rend la foule conciliante.

Pour ma part, j’ai décidé de jouer sur tous les tableaux en attendant de voir ce qui se passe. Je n’abandonnerai aucun navire car je suis sentimental. La preuve, il m’arrive d’aller voir ce qui se passe sur AOL.

Alors arrêtez de vous demander qui va gagner, d’abord parce qu’on s’en fout, ensuite parce que ça n’arrivera pas, et enfin parce que la troisième guerre mondiale approche et qu’on n’aura pas assez de trois réseaux sociaux majeurs pour empêcher les hadopistes qui nous gouvernent de nous supprimer la ligne.

Mens immota sed provocatus pugno. Devise de ma famille.