Privation légale d’un bien ou d’un service de première nécessité.

 

  • Vous effectuez des téléchargements gratuits de films, musiques sur le Net… Vous privez les artistes de leurs revenus.

 

  • Vous utilisez deux, voire, trois éclairages dans une même pièce…. Vous êtes un acteur essentiel du réchauffement planétaire.

* Vous n’effectuez pas les 30 minutes de marche quotidienne… Vous êtes responsable du déficit de la sécurité sociale.

  • Vous prenez deux douches par jour… Vous êtes un odieux gaspilleur de cette ressource rare qu’est l’eau.

Le citoyen socialement incorrect que vous êtes peut se voire interdire l’usage de l’électricité, de l’eau, d’Internet, du métro…

Cette interdiction se nomme un articho.

L’articho pouvant concerner tout le monde, des assurances sont proposées. Si vous y souscrivez, des avocats et juristes s’occupent de votre cas en cas de menace d’interdiction. Vu leurs coûts, seules les personnes fortunées peuvent se défendre.

L’origine de ce mot est controversé. Pour les uns, il vient d’une manifestation contre Hadopi (loi préconisant la coupure d’Internet aux personnes qui téléchargent) où les manifestants brandissaient un artichaut en guise de protestation.

Pour les autres, c’est une contraction de « arti chaud » ou vraiment chaud. Articho indique le caractère très brulant de cette privation d’un bien essentiel.

Pour les derniers, cela vient de « arti show ». Un articho serait un moyen désespéré pour des politiques de tenter d’avoir la vedette.

  • C’est déjà demain

HADOPI, RATAGE