Appliquer les principes du bricolage informatique open source à la biologie.

Biotiner ou biohacker consiste à mener des recherches sur la biologie loin des laboratoires officielles.

Les biotineurs sont à la biologie ce que sont les hackers à l’informatique. Ils se basent sur la création d’une culture communautaire forte, une compétence technique nourrie quotidiennement par l’entraide pour avancer dans leurs recherches.

Comme les bricoleurs de l’informatique, ils biotinent en pratiquant un rejet des savoirs établis et un irrespect total des systèmes hiérarchiques. Utilisant tous les savoirs disponibles sur le Net, les biotineurs refusent que le génie génétique soit considéré comme une activité magique réservé à une élite intellectuelle.

Le biotinage se pratique le plus souvent dans une cave avec des instruments récupérés, réparés. Cette autre manière d’effectuer de la recherche permet de faire des découvertes étonnantes à moindre coût.

  • C’est déjà demain

  • Les bricoleurs d’ADN

Une ruelle discrète, dans un quartier populaire de San Francisco, Californie. Une bande de hackers informatiques, ces fous de programmation et de réseaux, voire de piratage, est installée à demeure dans un petit hangar, qu’ils ont baptisé Noisebridge puis aménagé en « hacker space ». Au rez-de-chaussée, un atelier d’électronique, des établis, des caisses à outils, et aussi une cuisine et un bar. A l’étage, des sofas, une batterie d’ordinateurs et une bibliothèque technique. Ils sont une centaine à venir ici régulièrement, pour travailler, s’entraider ou bavarder. Leurs projets vont de la création de logiciels permettant de surfer sur Internet en restant anonyme jusqu’à la fabrication d’un bracelet de cheville qui indique le nord à coups de vibrations.

Ce soir, ils sont venus découvrir un domaine qu’ils connaissent mal : le bricolage appliqué aux manipulations génétiques. Ils ont invité une dizaine de militants d’un groupe baptisé DIYbio – « Do-it-Yourself Biology », la biologie à faire soi-même. Né sur Internet, DIYbio (www.diybio.org ) est rapidement devenu une vraie communauté.

Suite de l’article sur le Monde

ADN : les biohackers créent des monstres dans leur garage

Biopunk, DIYbio, biologie de garage, biohacking… Peu importe le nom qu’on lui donne, l’ADN pour tous arrive demain et pourrait bien nous faire connaître l’équivalent de la révolution micro-informatique. Mais pour contrer l’hégémonie de grands groupes industriels en la matière, des apprentis docteurs Frankenstein développent déjà en parallèle un nouvel underground libertaire, comme le montre une enquête du site internetactu.net , signée Rémi Sussan.

Il se murmure que dans un futur proche, un amateur pourrait s’offrir tous les outils nécessaires au séquençage et à la synthèse de l’ADN. L’astrophysicien Freeman Dyson pense même que la création d’organismes vivants inédits pourrait devenir le loisir des enfants de demain. Nous n’en sommes pas encore là. Mais au vu du coût du séquençage d’un génome complet, qui valait quelques centaines de millions d’euros il y a deux ans contre 3700€ aujourd’hui, certains se mettent à rêver. The 6th Day, eXistenZ, Robocop, Jurassic Park… Les films d’anticipations ont déjà débattu des diverses possibilités d’application de la biologie synthétique.

Suite sur Rue 89

 

Qu’est-ce que le biohacking ?

http://www.youtube.com/watch?v=xMhLHCswYdI

 

Thèmes : Chercher, Concevoir

 

Autour du même thème :