Blogueur qui, rémunéré pour la promotion de produits, s’abstient de le préciser.

Le blogdu ressemble à un blogueur. Comme lui, il donne son avis sur un sujet ou l’autre. Mais, ce blogueur trompe ses lecteurs en vantant les mérites d’un produit ou service d’une entreprise qui l’a rémunéré pour cela.

Le blogdu s’apparente au glandu car il prend ses lecteurs pour des billes alors que ces derniers ne sont pas dupes.

Le blogdu est apparu quand les marques ont découvert que les auteurs de certains blogs bénéficiaient d’une aura manifeste et d’un capital confiant important. Ils ont alors commencé à leur envoyer des produits à tester puis ils les ont rémunérés.

Les blogdus, créant un flou entre ce qui est de l’ordre du publicitaire et non,  ont contribué à la décrédibilisation des blogueurs.

<

Le publi-rédactionnel gonflé à blog

Internet. Des billets n’hésitent pas à vanter les mérites de certains produits, en omettant de préciser que leurs auteurs ont été rémunérés. Presse-Citron, Korben, Such a blog, Viinz, Tapahont et Pingoo. Ces six blogs français à très forte audience ont publié simultanément, le 17 octobre, un article élogieux sur la nouvelle web-série de Canal +, Kali. Ils racontent tous la même chose : un budget impressionnant, un bon son, beaucoup d’action, «une geekette sexy», et publient la vidéo des deux premiers épisodes «en exclu». Drôle de coïncidence… Les lecteurs, pas dupes, ont vite demandé aux blogueurs de préciser la nature exacte de leur relation avec la chaîne. Car si le plus intègre (Presse-Citron) a inséré le mot «publicité» dans le titre de son billet, les autres ont tenté de noyer le poisson par diverses formules inspirées («Je suis invité à vous parler de»,«Canal + m’a présenté la chose») ou n’ont parlé de publi-rédactionnel qu’après avoir été inondés de reproches. C’est le cas de Korben, admettant dans un second article : «J’ai été rémunéré afin de donner mon avis sur cette série.» L’auteur de Such a blog, apparemment vexé, a traité ses lecteurs révoltés de «bien-pensants» en lâchant : «Je suis devenu riche (très) avec ce billet sponsorisé payé par l’annonceur.»
Suite de l’article sur Libération