money-house

Action consistant à effectuer un don en argent ou en nature en remerciement d’un apport numérique effectué gratuitement

– Vous appréciez la réflexion développée dans un site ou une lettre, des albums musicaux en libre écoute, les photos ou les illustrations d’un artiste.
– Vous riez en découvrant des contenus numériques originaux.
– Votre travail a été amélioré grâce à la veille innovation effectuée sur un site.
Désireux de remercier ces donateurs, vous faites un don financier, proposer un bon contact, un judicieux conseil, un tuyau… Vous invitez le producteur de contenu numérique à séjourner chez vous ou à utiliser votre voiture…  Vous posez quelques mots de remerciement… Vous boostaKantez ou effectuez un boostaKant.Le boostaKant  nécessite que le producteur formules ses  attentes et besoins. Cette liste se nomme une boostaKantion. Effectuez sa boostaKantion met le donneur en position délicate de demandeur. Il contribue par ce geste à actionner la mécanique délicate du « Plus on donne, plus on reçoit ». Il s’avère en effet qu’il est plus simple de donner que de recevoir.Origine : BoostaKant est un néologisme composé du mot booster et du nom d’un philosophe, Emmanuel Kant qui disait : « On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter. » On peut en déduire que le boostaKan est  un modèle économique qui intègre de nombreux  imprévisibles.

Les pessimistes parlent de boostaKantifiction.  Ils veulent signifier que   cette notion de don créateur de richesses est de l’ordre de la fiction.

 

Paul Jorion est cet anthropologue/économiste, qui a travaillé dans la finance de marché aux états unis puis « viré sa cuti » en annonçant la crise américaine des subprimes, avant tout le monde. Aujourd’hui son activité principale, qui le rémunère en totale indépendance de tous les discours ambiant, est son blog, avec quelques 400 000 visites mensuelles.