RedNeuronalConduite Assistée par les Neurosciensces et les Technologies Intrusives et Contraingantes

Finis les accidents, les conduites à risque, les morts sur les routes… Les routes sont enfin devenues sûres avec  l’obligation d’avoir des automobiles pourvu d’un système cantic non débrayable.
Avec le cantic, la voiture n’est plus conduite par un humain mais par ordinateur. La voiture cantic est bardée de capteurs qui permettent de suivre son chemin et de garder les distances par rapport aux autres automobiles.Historique : Une association de conducteurs nommée “Contre les machines au volant” s’est mobilisée contre l’obligation d’équiper sa voiture de systèmes cantics. Elle considère que ces machines participent activement à la création d’une société d’irresponsables : « L’homme se laisse guider pour les technologies et oublie de reprendre le volant pour diriger sa vie », affirment-ils.

Pour sensibiliser à sa cause, les membres de l’association neutralisent ou modifient les  gestionnaires de direction des véhicules. C’est ainsi que le village des Crouttes dans l’Aisne a connu un gigantesque embouteillage. Les mécontents avaient envoyé toutes les voitures dans cet endroit symbolique. On précisera que ce village est traversé par une rivière nommée “la crise”.
  • C’est déjà demain

Depuis des années lumières, on rêve de transports plus rapides, sûrs, non polluants. Résultat, nos temps de trajets s’allongent. En moins de dix ans, le temps passé au volant a doublé, faisant un bond de vingt à quarante minutes par jour en moyenne pour les trajets du domicile au travail. Heureusement, rien n’interdit de croire que cela va changer. Mais, est-ce que cela sera pour le meilleur… ou le pire  ?

Ma voiture se met aux neurosciences

Le constructeur automobile Toyota a un département de recherche consacré aux neurosciences dont l’objectif est de créer des voitures “intelligentes”. En partenariat avec l’Institut de la recherche physique et chimique, ce centre de recherche travaille dans trois grandes orientations :

  • La “neuro- conduite” (neuro-driving) étudie comment le cerveau gère la conduite d’un véhicule et évite les obstacles. Le but de cette recherche est surtout d’améliorer la sécurité, voire de supprimer toutes les formes d’accident de la circulation.
  • La “neuro- robotique” a pour but de développer un ensemble de techniques facilitant la vie des conducteurs. A terme, Toyota envisage la création d’interfaces cerveaux-machines permettant de piloter un engin par la pensée.
  • La recherche concerne les relations entre le cerveau, le système nerveux et la santé.

Parallèlement à ces nouvelles perspectives, Toyota s’est associé avec le Dr Kawashima (le même qui a inspiré le fameux jeu Nintendo du même nom) pour développer des systèmes d’assistance destinés aux personnes âgées. Leur objectif est de créer des voitures capables de surveiller les activités cérébrales et émotionnelles de leur conducteur.

Kawashima souhaite aller plus loin que créer des voitures plus sûres pour les seniors. Il aimerait développer de voitures qui stimulent l’activité du cerveau, afin que la conduite devienne une forme d’exercice cérébral. Plus on conduirait, plus on serait intelligent. Une affaire à remettre beaucoup de monde au volant.

Volkswagen en 2028

Dans vingt ans, les voitures communiqueront entre elles, se passeront du conducteur, et seront bien evidemment totalement propres. C’est du moins le souhait de Volkswagen, premier constructeur européen, qui vient de livrer sa vision de l’automobile en 2028 à travers trois prototypes virtuels, à découvrir sur Internet.Pour la personne qui se déplace seule, les designers du groupe allemand ont imagé la « One », une monoplace communicante capable de signaler un danger à d’autres véhicules, de se tenir informée en temps réel du trafic et ainsi éviter les embouteillages en ville. Elle peut aussi se garer facilement dans une place de stationnement qu’elle a trouvé toute seule, et même s’emboîter dans d’autres One si l’espace vient à manquer.

La Volkswagen « Ego » est toute aussi intelligente. Destiné aux couples, ce coupé sport biplace facilite la conduite grâce à des radars et de petites caméras qui analysent l’environnement routier en permanence. Les informations importantes ne sont pas affichées sur le tableau de bord, mais directement sur le pare-brise et les vitres du véhicules.

Enfin, le troisième concept-car s’appelle « Room ». Il embarque plusieurs passagers à qui il propose de se distraire (surfer sur Internet, regarder un film, etc.) ou se reposer, sans se soucier un seul instant de la route. Cette familliale sait en effet conduire toute seule grâce à sa fonction de pilotage automatique.

En plus d’être « zéro accident », ces trois voitures sont « zéro émission » puisqu’elles utilisent des modes de propulsion à base de piles électriques et d’agrocarburants de nouvelle génération, autrement dit une essence verte qui ne provient pas des cultures vivrières mais des déchets végétaux. Autre innovation : elles peuvent rejoindre leur propriétaire sur un simple appel, à l’image de Kitt, la célèbre Pontiac noire de la série K2000.

La One, l’Ego et la Room sont à découvrir sur un mini site Internet.

Site : www.volkswagen2028.com