Spécialiste de la création de valeurs générées à partir des  données numériques de l’entreprise.

Descriptif du métier

La dataviseur…

  • Repère tous les nouveaux gisements de données numériques dans l’entreprise : clients, mode de paiement, fréquence et origines des consultations des sites…
  • Met en place les procédures permettant d’ouvrir les données.
  • Il fait parler les données grâce à des systèmes de visualisation.
  • Lance des opérations permettant d’enrichir la base de données : questionnaires clients, numérisation d’informations…
  • Élabore des plateformes permettant la gestion de ces informations.
  • Réfléchit et met en place des moyens susceptibles de traiter ces informations et augmenter leur potentiel : création d’algorithmes, croisements producteurs de valeur…
  • Et surtout, crée des opérations et des nouveaux services qui résultent de la gestion de ces informations.

C’est déjà demain

Depuis quelques années, on travaille dans les entreprises sur deux aspects nommés big data et open data.

  • Le big data consiste à gérer, augmenter et utiliser les données numériques de l’entreprise pour créer de la valeur et de nouveaux services.

Exemple :
Lancé en 1987, le programme Frequent Flyer permet à la compagnie aérienne Quantas de réunir des milliards d’informations sur ses clients, non seulement sur leurs voyages, mais aussi sur leur situation bancaire ou leurs achats du quotidien (la chaîne de supermarchés Woolworths est intégrée au programme depuis 2010).
Les informations collectées sur chaque voyageur sont maintenant accessibles aux personnels au sol et en vol, à travers un terminal mobile. Ils peuvent les utiliser pour favoriser la relation avec les clients. Par exemple, s’ils voient qu’un passager a perdu son bagage lors d’un trajet précédent, ils vont le surclasser. À chaque vol, les employés ont la liste des cinq passagers dont il faut faire le plus attention. Les employés adorent cet outil, car il facilite leur travail et leur donne plus d’opportunités d’interaction avec les clients. »

  • L’open data ou la mise en accès libre de ces données. L’ouverture de ces données crée des nouveaux gisements créateurs de valeur.

Exemple :

À la SNCF, l’Open Data permet d’envisager une application permettant de voir quels sont les terrains constructibles proches de gares TER. Les clients peuvent mieux orienter leur choix avant d’acheter.
Une autre application situe tous les points de services (boulangeries, supermarchés, banques…) entre ma gare d’arrivée et le domicile. Cette application connectée à sa mobilité (en TER) indique aux voyageurs les meilleures options possible sur leur trajet.

Prospective du métier

Comme toutes les activités sont numérisées ou transformées en 0 et 1, les données sont le nouvel or noir de l’entreprise. La dataviseur est donc appelé à être l’homme phare de l’entreprise à très court terme. C’est en partie sur lui qui repose la création de nouveaux services qui vont faire la différence.

Un dataviseur performant a de multiples compétences. Il est à la fois un bon technicien de la donnée, un commercial et un communicant. Mais pour pouvoir être efficace, il doit pouvoir travailler de manière transversale avec tous les services de l’entreprise et non pas être enfermé dans une direction des systèmes d’information ou autre. Quand on connaît la rigidité de certaines organisations, ce n’est pas gagné !