Baked-by-Formafantasma

Désigner spécialisé dans la fabrication d’objets qui se mangent

Plats, assiettes, couverts, bouteilles, serviettes… Les désicroqueurs fabriquent des objets alimentaires.  Avec eux, on ne contente pas de finir ton  assiette, on la mange.

Les désicroqueurs considèrent l’aliment comme un matériau. Le pensant comme la matière des matières, ils l’utilisent pour fabriquer divers contenants et objets de la table.

Le premier objectif des désicroqueur fut  de limiter les déchets plastiques occasionnés par l’utilisation de vaisselle jetable. Dans le même temps, ils ont diminué l’impact écologique négatifs de la vaisselle. Les désicroqueurs contribuent aussi à la suppression des canettes. Ou les assoiffés les mangent ou ils s’en servent pour nourrir des poissons qui ne s’en portent que mieux.

Les désicroqueurs  doivent concevoir des objets à la fois beaux et bons. Pour exercer ce métier, il faut donc suivre un double cursus de formation : la cuisine et le design.

  • C’est déjà demain

La Cookie Cup d’Enrique Luis Sardi pour Lavazza, le couvercle de tasse en biscuit de Florence Doléac, ainsi que la cuillère à café en sablé d’Apollonia Poilâne témoignent d’un début de réflexion sur le remplacement d’une matière synthétique par une matière naturelle,

Le duo italien FormaFantasma s’est inspiré par les décorations traditionnelles en pain moulé que l’on trouve en Sicile  pour réaliser de la vaisselle en farine.

David Edwards du Wyss Insitute, à l’université de Harvard a imaginé des bouteilles qui se mangent.

Le chercheur a mis au point des membranes au parfum d’orange, pour les bouteilles de jus de fruits et à la saveur de tomate, pour la soupe au gaspacho.