Spécialiste de la livraison de colis par drone.

Descriptif du métier

Le dronadaire…

  • Gère le trafic des dronadaires ou drones de livraison : envoi, vérification de l’embarquement d’un colis, livraison.
  • Anime des plateformes de répartition des colis et gestion des demandes des clients.
  • Conçoit des systèmes permettant d’embarquer des objets de différentes tailles et formats.
  • Assure les liens avec l’aviation civile afin d’éviter tous accidents.
  • Cartographie les lieux où l’usage des drones est un vrai atout pour la population. Exemples : apport de médicaments dans des régions éloignées ou sinistrées.

Dans les entreprises, le dronadaire dépend du service logistique.

C’est déjà demain

2980046Amazon travaille sur un service premium de livraison express par mini drones. Les machines, alimentées par des moteurs électriques, livreraient les clients ayant passé commande trente minutes plus tôt sur le site d’Amazon. Ils pourraient évoluer dans un rayon de 16 km autour des entrepôts, ayant ainsi accès à une grande partie de la population en zone urbaine.

 

 

[pexyoutube pex_attr_src= »https://www.youtube.com/watch?v=98BIu9dpwHU » pex_attr_width= »500″][/pexyoutube]

  • L’entreprise postale UPS a confié au magazine TheVerge qu’elle aussi menait des recherches et des tests pour déployer ce nouveau type de livraison. Un porte parole de la société a déclaré : « L’utilisation commerciale de drones est une technologie intéressante et nous allons continuer à l’étudier. En matière de technologie, UPS investit davantage que tous ses concurrents ».
  • poste-parrot-poisson-d-avril-1257437-jpg_1132435
  • Le groupe La Poste et Parrot a annoncé une offre de livraison de la presse quotidienne par drone en Auvergne. Le drone développé pour ce service par les équipes de Parrot portera le nom de « Air Drone Postal » en référence à l’histoire de l’aéropostale. Comme l’affaire a été lancée vers le 1Er avril, les doutes sur la véracité de l’information sont nombreux. Mais les poissons d’aujourd’hui peuvent aussi être les banalités de demain.

 

  • Le projet Matternet, issu du Massachussetts Institute of Technology (MIT) et créé par l’ancien rédacteur en chef de la revue high tech Wired, prévoit de livrer des biens de nécessité, comme des médicaments ou de la nourriture, dans les zones inaccessibles, car trop reculées ou ravagées par une catastrophe naturelle. Le projet intègre la mise en place un réseau de stations desquelles décolleraient les drones pilotés de manière autonome.. L’engin permet d’assurer la livraison d’un colis de 2 kg sur 10 km pour seulement 24 cents.

[pexvimeo pex_attr_src= »http://vimeo.com/28247681″ pex_attr_width= »500″][/pexvimeo]

  • Des étudiants ont développé le « Burrito Bomber », un drone qui livre des burritos. À l’approche de l’adresse de livraison, le tube qui contient le burrito se détache, et atterrit en douceur grâce à un parachute.

[pexyoutube pex_attr_src= »http://www.youtube.com/watch?v=3lqMRHwGsRA » pex_attr_width= »500″][/pexyoutube]

Prospective du métier

Même si nombreux réfléchissent à des usages de drones,

Aux États-Unis, la FAA (l’administration fédérale d’aviation) n’autorise pas l’usage de drones à des fins commerciales. Mais au plus tard 30 septembre 2015 au plus tard, l’espace aérien américain sera ouvert aux drones volants à moins de 130 mètres.

À partir de là, vu les performances de la livraison par drone, il y a des chances que nous soyons obligés d’ouvrir la fenêtre pour que notre pizza vienne se poser sur la table familiale. On aura besoin de bons dronadaires si l’on ne veut pas que notre Margarita fasse le bonheur du voisin.

Origine du mot : le dronadaire est le dromadaire de l’air. Il  aide l’animal à prendre de la hauteur.