dskInformation dénuée d’intérêt permettant aux journalistes de parler pour ne rien dire.

Les dsKouilles permettent de diffuser des faits de haute importance comme : « Il descend de son avion… Il entre la clef dans la serrure de sa maison… Il dit qu’il ne parlera pas… » ou des propos diablement creux du style : « J’étais sous ma douche que c’est arrivé et je n’ai rien vu…  Il venait cherchait son pain tous les jours, mais on n’aurait jamais cru que c’était un tueur en série. »

Une dsKouille  permet aux journalistes d’occuper l’espace médiatique avec du vide. On constate que plus le sujet est creux, dénué d’intérêt, plus les dskouilles sont nombreuses.

Origine du mot

Le mot vient de l’affaire Dominique Strauss-Kahn. L’ancien directeur du FMI ayant été soupçonné d’avoir violé une femme de chambre, les journalistes ont passé tout l’été à commenter les commentaires faits sur l’affaire. La plupart du temps, ils n’avaient que des choses totalement inintéressantes à raconter.

Actualité du mot

Un exemple de DsKouille : DSK ne peut entrer dans son appartement.