Urbaniste spécialisé dans l’engloutissement des villes

water_city

Descriptif du métier

L’eaubaniste

  • Repère les villes et les quartiers susceptibles d’être inondés.
  • Tente de trouver des solutions pour limiter les dégâts et minimiser les conséquences.
  • Déplace les maisons vers des terrains élevés.
  • Crée des quartiers insubmersibles.
  • Prévoit des logements pour les réfugiés climatiques.

C’est déjà demain

Selon le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ), la température moyenne de la Terre pourrait augmenter de 1,4 °C à 4 °C d’ici la fin du XXIe siècle et le niveau de la mer pourrait s’élever de 18 à 59 centimètres selon les endroits. Des villes, comme Dhaka au Bangladesh ou Venise, pourraient être englouties par la montée des eaux

Vu les incertitudes liées aux politiques des nations, à l’évolution de la population, etc., ces chiffres restent hypothétiques, mais le scénario d’inondations de régions, voire de pays entiers, semble inévitable.

Prospective du métier

Les eaubanistes existent déjà. La problématique des inondations occupe déjà des personnes aux Pays-Bas . Ces spécialistes envisagent de rehausser les digues. En Belgique, un plan flamand étudie les possibilités de réduire l’effet de la montée des eaux en utilisant des moyens naturels, tels que les bancs de sable.

L’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) classe Bangkok parmi les villes les plus menacées par les inondations côtières dans le monde. Selon le météorologue Smith Dharmasaroja, elle « aura les pieds dans la mer d’ici à vingt ans. Des experts envisagent la construction d’un barrage de 100 kilomètres de long dans le golfe de Thaïlande, de Hua Hin à Pattaya.

L’architecte franco-belge Vincent Callebaut a imaginé des cités flottantes pour faire face à la montée des océans et assurer le relogement des réfugiés climatiques. Ayant la forme de gigantesques nénuphars, ces cités amphibies vogueraient au gré des courants, tels des paquebots géants écocompatibles.

Mais, pour Vincent Callebaut, les eaubanistes ne sont certainement pas encore assez nombreux : « Il est primordial, à cause de la crise environnementale et du prochain exode climatique, de passer dès aujourd’hui d’une stratégie de réaction dans l’urgence à une stratégie d’adaptation et d’anticipation durable. Je m’étonne que les gouvernements ne s’attellent pas davantage à gérer la montée des eaux, alors que des îles entières vont disparaître. » dit-il sur son site.

La vidéo 5:46am Paris underwater (2011) d’Artefactory Lab présente une suite d’images fixes d’un Paris inondé et vidé de ses habitants, que seuls animent les ondoiements à la surface de l’eau.