Créateur de produits et services low-cost.

 C’est déjà demain

DEMAIN

Les voyageurs piloteront leurs charters.

  • Après les avions, la SNCF s’est mise au low-cost avec Ouigo. Pour réduire les coûts, les billets sont vendus par Internet, les gares sont excentrées. Il n’y a pas de wagon-restaurant, les bagages sont payants. Les rames comprennent 1200 passagers au lieu de 1000.

On achètera sa carte de crédit au buraliste du coin.

3427919_5_819e_ill-3427919-64b5-banq_f057c3b738f5a424901ec4c2af425eed

 

  • Le compte « Nickel » est pour son fondateur, Hugues Le Bret la « Logan du compte bancaire ». Il s’ouvre dans les bureaux de tabac (une quarantaine seront agréés par l’autorité de tutelle bancaire lors de l’ouverture en novembre 2013). Pour 20 euros, le client obtient une carte Mastercard valable en France et à l’étranger qu’il suffit d’activer en scannant sa pièce d’identité sur une borne. Le buraliste  remet un RIB avec le code Pin de la carte. Sur ce compte, aucun découvert n’est possible. S’il manque de l’argent, le titulaire est prévenu par texto. Ce compte est accessible sans condition de revenus, dépôts ou patrimoine. Il va permettre aux deux millions d’interdits bancaires d’avoir un mode de paiement pour acheter leurs billets de train en ligne.

On recevra sa maison en kit

  • La ville de Nijmeger située aux Pays-Bas propose un catalogue de maisons en kit commercialisées chacune entre 30 000 et 47 000 €. Ce catalogue va permettre à de nombreuses familles ayant des revenus très modestes d’accéder à la propriété, sans avoir à s’endetter sur le très long terme.
  •  Jean Colin et Jean-Paul Gautier ont conçu une maison écologique low-cost. La maison est en kit. Elle peut être montée sur n’importe quel terrain ou presque en trois semaines. Son prix est de 35.000 € pour 40 min 2 s. La maison n’est pas raccordée à l’électricité ni à l’eau. Pour l’alimenter en eau, on trouve une réserve d’eau de pluie de 1000 litres. L’éclairage est assuré en bonne partie par un panneau photovoltaïque.

On creusera sa tombe avant de mourir

  • Les Services funéraires de la ville de Paris [SFVP] a lancé un service d’obsèques « low cost » en ligne, dénommé Revolution-obseques.fr. Le tarif des prestations de base est de 789 euros TTC. Il comprend un corbillard avec chauffeur, qui transporte le défunt du lieu de mise en bière jusqu’au lieu de crémation ou d’inhumation, un cercueil en pin massif avec poignées en bois, et sa plaque d’identification. À ce montant, il faut ajouter le prix de l’inhumation ou celui de la crémation, les vacations de police en cas de crémation ou de changement de commune (20-25 euros et mes frais de toilette du défunt si l’établissement ne les prend pas en charge (160 euros). Au total, « il faudra donc dépenser environ 1 800 euros donc moins que le coût moyen, de 3 098 euros, selon une étude de Que Choisir »,

Descriptif du métier

L’épurien

  • Étudie le marché d’un produit et service.
  • Détaille tous les éléments d’un produit et d’un service et les classifie entre essentiels et superflus.
  • Envisage tous les moyens pour proposer un prix allégé : suppression des superflus, standardisation des produits, transfert des coûts au client, utilisation intensive du matériel, relation optimisée avec les fournisseurs…

Par exemple pour un hôtel, l’épurien créra une hopures ou une épure hôtelière en supprimant la prestation « changement des draps ». Les clients apporteront des draps ou pourront en trouver dans un distributeur automatique.

  • Propose un produit ou service qui apporte une réponse équivalente, voire supérieure aux offres de référence.
  •  Communique sur ce nouveau produit ou service.

Prospective du métier

C’est avec la fin des années 1970 et avec les années 80 que les enseignes de hard discount commencent à populariser le modèle low-cost auprès des classes défavorisées. Avec les années 2000, le modèle se généralise et l’on voit le low-cost s’étendre progressivement à toute la sphère de consommation : de l’alimentation au textile, de l’automobile au transport aérien, de l’ameublement à l’hôtellerie, de la téléphonie à l’informatique, des assurances aux services à la personne.

Si les offres low-cost devraient se multiplier, les épuriens devront éviter de :

  • Sacrifier la qualité.

La Dacia Logan combine un prix très compétitif avec des exigences de fiabilité et de sécurité comparables aux meilleurs véhicules de sa catégorie. En revanche, des économies importantes ont été réalisées en matière de design, de conception, de fabrication (par la réutilisation de pièces existantes) ou encore de marketing, réduit à sa plus simple expression. Au-delà d’un tarif simplifié et attractif, le succès de Ouigo résidera dans la capacité de ces trains low cost à partir et arriver à l’heure.

  • Ne pas sombrer dans l’absurdité

Le patron de Ryanair pousse la logique jusqu’à vouloir faire payer plus cher les billets aux personnes obèses, responsables à ses yeux d’alourdir l’appareil donc de consommer davantage de kérosène. Il semble qu’il y a des limites à ne pas dépasser.

  • Faire trop de pression sur les salaires

Plus la consommation low cost s’étend plus les inégalités s’accroissent par le biais des bas salaires chez les hard discounters, chez leurs sous-traitants, leurs fournisseurs, leurs transporteurs… Cette dynamique qui pousse les salaires vers le bas risque de contribuer à une généralisation de l’appauvrissement.