Machine qui fait couler un café lorsqu’on envoie un message

dublintweetcafe

La kawatwitt est une machine à café pour les entreprises. Sa spécificité est de faire couler le café gratuitement quand l’addict du breuvage noir écrit un message.

Les billets sont diffusés sur un écran incorporé dans la kawatwitt.

Les kawatwitts ont révolutionné les moments de pause-café en les transformant en espaces d’informations sur la vie de l’entreprise ou de ses produits. Les directions marketing sont très friandes de ces machines qui permettent aux salariés de l’entreprise de savoir ce que la terre entière raconte sur les produits qu’ils viennent de lancer.

Les kawatwitt connaît des opposants les « dékawatwitters » qui considèrent que cet envahissement de l’information les empêche de profiter d’instants de vide nécessaires au ressourcement. En règle générale, ils piratent le système et envoient sur les kawatwitts des informations qui déplaisent à la direction.

Les dékatwitters nomme les kawatwitts des « machines à cafter ».

 

Actualité du mot

Le cabinet Gartner a réalisé une étude sur la pratique de Twitter dans les entreprises. Il en ressort qu’elles s’en servent de quatre manières

  • Utilisation directe : c’est un canal de marketing et de relations publiques.
  • Utilisation indirecte : les employés améliore leur réputation personnelle et valorise du même coup celle de leur entreprise.
  • Utilisation interne : Twitter est une plateforme de diffusion et partage d’informations sur les projets et idées.
  • Veille : Les flux de conversations sur fournissent une source d’information sur ce que pensent tant les consommateurs que les concurrents.

Dans cet esprit, Toyota a mis en place « Toyota Conversations ». http://toyotaconversations.com. Dans cet espace, l’entreprise agrège les tweets qui parlent d’elle. On y trouve tant des articles, vidéos ou opinions.

WaNoMirror, first mirror connected to Twitter from NoDesign on Vimeo. (vidéo)

Rien n’interdit d’imaginer que demain ces informations soient visibles sur la machine à café par exemple sur les miroirs des toilettes comme l’imagine Jean-Louis Frechin avec son WaNoMirror.

Crédit photo Nicolas Tarrin