Demain…

Internet descendra dans la rue et connectera au grand réseau des réseaux les bancs, les poubelles, les façades d’immeubles… Équipés de capteurs, ils enregistreront les remous de la ville et nous enverront des messages de service ou d’amour.
Comment se nommeront les professionnels qui réguleront ces objetbillages et limiteront la pollution virtuelle ? Aura-t-on besoin de faire appel à des clapotiseurs ou réducteurs de bruits numériques ?

La ville prendra la clef des champs. On plantera ses choux sur les toits et on saluera les poules dans l’escalier.
Qui s’occupera de nos toitagers ?

Grâce aux arbipuces les arbres nous déclineront leur identité. Leurs bonnes feuilles nous raconteront leurs histoires.
Qui les aidera à élaborer leurs contes ?

Le dernier qui quittera la rue éteindra la lumière.
Qui vérifiera qu’on a bien cliqué sur le lampadaire ?

Habitués à utiliser les services de géolocalisation pour trouver notre chemin, nous perdront le sens de l’orientation.
En cas de panne, serons-nous obligés de faire appel à des relocaliseurs ?

Avec la vieillissement et la paupérisation des personnes âgées, la délinquance des séniors risque de nous pas nous faire sourire.
Qui s’occupera de la sénioquance ?

Le dico du futur vous invite à participer à un atelier ludique et créatif pour inventer et nommer les métiers de la ville de demain.

Lundi 26 mars de 19 heures à 21h30 Cantine 151 rue Montmartre, Passage des Panoramas 75002 Paris
L’accès à l’atelier est libre. Il est juste demandé aux participants de contribuer au bien être collectif en apportant boissons et (ou) grignotages.
Inscription par mail ou sur Doodle http://www.doodle.com/vsxibyxvhpa55yc9

L’atelier sera composé d’un enchaînement d’exercices ludiques et créatifs basés sur des ’innovations et recherches sur la ville.
Quand on a crée un mot, le concept ou la chose qui désigne commence à exister. On inventera des nouveaux métiers et le futur.

Ces métiers seront réunis dans un dico des métiers de demain. D’autres ateliers thématiques sont prévus. Pour être au courant, inscrivez-vous sur le site à la lettre du
dico du futur.

Et pendant que j’y suis, je précise que si êtes intéressé par l’organisation d’un atelier dico du futur dans votre entreprise ou manifestation, contactez-moi. Les ateliers sont thématiques : mots du futur dans la santé, du commerce, de l’éducation, des transports, métiers…

Pour conclure cette lettre, j’ajoute dans la rubrique métiers du futur,  les curateurs d’idées et les percol’acteurs.

Le courtier en idées est le veilleur d’hier. Il repère des idées inspirantes pour l’entreprise ou un de ses services. Quant au percol’acteur, il aide l’entreprise à innover en pratiquant le copier-coller intelligent. On peut imaginer que ces  professionnels des idées géreront  des boîtes à idées ou des sites recensant des bonnes idées.

Comme ce que je nomme les « boîtes à idées » commencent à être nombreuses, j’ai entamé un tour de présentation (en n’oubliant pas bien entendu la boîte maison 1001 idées). L’objectif est de comprendre comme ces sites choisissent les idées mises en avant. Et c’est là que je me suis demandée si  les idées étaient de droite, maladroites ou gauches !  Bref, n’hésitez pas à lire sur le site des Propulseurs Quel parti prennent les boîtes à idées ?

Futureusement vôtre
Anne-Caroline Paucot

[wpmltrack]