Livre qui s’efface quand on a lu le texte

Les anciens disaient « Les paroles s’envolent, les écrits restent ». C’était vrai car ils écrivaient sur du marbre. Le proverbe s’avère totalement faux avec le leclipse.

Le leclipse est un livre éphémère. Le lecteur parcourt le texte, tourne une page, le texte disparaît. Il ne peut alors que se souvenir de ce qu’il a lu.  Leclipse dope l’imagination en obligeant le lecteur à reconstruire l’histoire.

Leclipse considère que les pages d’un livre sont comme des feuilles des arbres. Elles s’accrochent et quand elles ne sont plus de saison, elles s’envolent.

Leclipse est un mot valise intégrant la notion d’éclipse et de lecture.

 

  • Actualité du mot

Un livre qui disparaît

Etienne Mineur et les éditions volumiques ont créé un prototype de livre qui devient illisible vingt minutes après son ouverture.
 Le papier noircit progressivement et rend au final la lecture impossible.

Le papier qui s’efface

Chaque salarié européen imprime en moyenne 30 pages par jour, selon une étude Lexmark de 2008. Du papier réutilisable permettrait donc de réaliser de confortables économies. Le papier effaçable de Xerox s’inscrit dans cette logique.

Il comprend des pigments sensibles à la luminosité : l’écriture disparaît après 16 à 24 heures. Un prototype d’imprimante a déjà été réalisé dans le centre de recherches du groupe, PARC (Palo Alto Research Center). En 2003, Toshiba avait lancé une imprimante ainsi qu’une machine appelée « e-blue », qui permettait d’effacer l’encre en chauffant la feuille.