Les mots de Guy Bertrand

Guy Bertrand, conseiller linguistique de Radio-Canada se fait appeler pas moins que l’ayatollah de la langue française et twitte avec cette appellation (@ayatollah_src ). Le Petit Robert précise qu’un ayatollah est un représentant conservateur d’une tendance. On peut donc en conclure que notre homme est enfermé dans ses Bled et dictionnaires et que dépourvu de la moindre souplesse, il est incapable de faire le moindre écart de langage. Erreur ! le gaillard fait partie de la bande des géniaux ou ceux qui sont animés par une passion qui les autorise à sortir du cadre et explorer de nouveaux horizons.

Les mots classiques

  • Végintégriste

Végétalien qui rêve de tuer tous les mangeurs de viande et d’en faire de la nourriture pour les animaux carnivores.

  • Déplacardage

Fait de forcer une personne homosexuelle à sortir du placard (remplace l’anglicisme « outing »).

  • Raté-laveur

Professionnel qui, après avoir fait faillite, gagne sa vie en lavant les pare-brise des voitures aux intersections des grands boulevards.

Les créations futuristes :

  • Thaumaturgordinateur

Ordinateur si performant qu’il est en mesure de faire des miracles. Exemple : Le nouveau iBook d’Apple est un véritable thaumaturgordinateur. Il peut absolument tout faire!

  • Hasardoparcomètre

Parcomètre déterminant de façon aléatoire la somme qu’un automobiliste doit débourser pour garer sa voiture. Exemple : L’administration de la Ville est soupçonnée d’avoir trafiqué les hasardoparcomètres pour que les utilisateurs aient toujours à payer la somme maximale.

  • Télédigitodéficience

Manque d’agilité digitale rendant difficile la manipulation des touches d’un téléphone portable. Exemple : En raison de leur télédigitodéficience, les personnes âgées utilisent rarement un portable.
Nota : Une personne souffrant de cette affection est dite télédigitodéficiente.

  • Thermologomètre

Appareil pouvant être inséré dans un microphone pour mesurer avec précision l’énergie thermique dégagée par les paroles creuses de la personne qui parle (animateur, politicien, artiste, etc.). Exemple : Le discours du nouveau président a atteint 36° au thermologomètre.

  • Autostradoparc

Autoroute dont la circulation est si lente qu’il est possible d’y garer sa voiture. Exemple : Aux heures de pointe, ce boulevard a l’air d’un autostradoparc.

  • Androgynotransformiste

Homme qui imite une femme travestie en homme ou femme qui imite un homme travesti en femme. Exemple : Dans une scène de La cage aux folles II, Michel Serrault a présenté une brillante performance d’androgynotransformiste. Ne pas confondre avec la travestiata (travesti qui chante des airs d’opéra).

6 Commentaires

  1. Pierre Émond

    Aperçu dans LaPresse

    «La majorité des gens est honnête»

    Aurait-il été mieux de dire

    «La majorité des gens sont honnêtes»

  2. Claire Laberge

    J’ai une question urgente pour vous. Je suis traductrice et j’ai cherché partout une règle pour ce cas, mais je ne trouve rien. Comment abrégeriez-vous le nom de cette revue : La Revue canadienne de psychiatrie (en italique). Je crois que ce serait simplement la RCP (RCP en italique), mais d’après l’anglais, ils gardent The CJP, tout en italique, même l »article, ce qui ne me semble pas conforme,

    Alors, est-ce La RCP (tout en italique), ou la RCP (RCP seulement en italique).

    Merci et si vous avez une règle, pouvez-vous me la transmettre?

    Claire Laberge

  3. Françoise Orvoine

    Le mot « pipeline » (pipeline de projets, pipeline de contrats, etc.) est de plus en plus répandu. Je suis traductrice et un client de Montréal cherche une ou des sources « béton » pour expliquer à sa haute direction que ce terme est à proscrire. Pouvez-vous m’éclairer (usage accepté ou à bannir, avec des références.

    Merci infiniment.

    Françoise Orvoine

  4. Christine Baroin

    Est-ce correct de dire « c’est questionnant »?
    Lu dans La Presse du 16 mai 2014 dans l’article « L’écart se creuse entre les garçons et les filles en français »

  5. Chantal Doré

    Depuis quelques temps, dans mon université, on écrit dans les documents officiels « personne professeure », « personne étudiante », « personne tutrice », etc. Du point de vue de la langue française, ces expressions nous semblent non seulement des euphémismes, mais également contraires au bon sens et au génie de la langue française : un étudiant ou une professeure peuvent-ils être autre qu’une personne?
    Nous souhaitons recommander plutôt de simplement féminiser les textes (étudiante, étudiant, professeur, professeure) comme le veulent les us et coutumes des institutions depuis quelques décennies afin d’éviter le non sens dans une université francophone préoccupée notamment par la promotion de la qualité de la langue. Qu’en pensez-vous? Notre raisonnement a-t-il du sens?
    Merci à l’avance.

  6. Bernard Lussier

    Entendu à Radio Canada le premier février 2020, à 12 h 20: <> , au lieu de <>.

    Pic:
    Sommet d’un massif montagneux qui finit en pointe.
    Partie extrême de la corne d’un gréement aurique, se trouvant en dehors de la voile.
    Sur un enregistrement ou un diagramme, maximum aigu et bien isolé indiquant un phénomène remarquable ou anormal.
    https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/pic/60715?q=pic#60332

Poster le commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.