Faire l’amour avec un avatarvb-bl2

 

Avec l’explosion des mondes virtuels dopant les rencontres par l’intermédiaire d’un avatar, nombreux internautes sont séduits voire tombent amoureux non de leur interlocuteur humain mais du personnage qui le représente  (leur avatar). S’ils ont des relations intimes, on dit qu’ils lovatarisent.

La lovavatarisation est déconnectée ou haptique.

  • Pour la lovatirasation déconnectée, les internautes animent leurs avatars et sont spectateurs de la relation.
  • our la lovavatarisation haptique, ils branchent des lovarisateurs sur différentes parties de leur corps qui leur envoient des impulsions leur procurant du plaisir.

La lovavatarisation haptique rencontre un tel succès qu’on a enregistré une solide chute de la natalité. Pour la limiter, les autorités ont créé une banque virtuelle du sperme . Les internautes mâles y déposent leur sperme. Quand une personne tombe amoureuse de leur avatar, elle peut se faire inséminer avec ce sperme.
.
Mot connexe : Arcader qui signifie aimer un robot. Ce mot vient d’arcade. Si aimer un avatar semble naturel car l’avatar est l’incarnation d’un humain, aimer un robot est plus complexe. Les hommes et les femmes doivent créer un pont avec le monde de la technologie. La plus grande difficulté dans cet amour semble que, aussi évolués soient-ils, les robots ont de la mémoire mais pas de souvenirs.

Mot proposé par Henri Kauffmann et défini par ACP.

 

Epouserons-nous un jour des robots ?

David Levy, un chercheur britannique en intelligence artificielle, vient de défendre sa thèse à l’université de Maastricht, intitulée “Relation intime avec un partenaire artificiel”, dont HarperCollins a tiré un livre, Amour et sexualité avec les robots. La thèse qu’il y défend est que d’ici quelques décennies, les robots ressembleront tellement aux hommes, par leur apparence et leurs attitudes, par leur personnalité et l’expression de leurs émotions, que des gens tomberont amoureux d’eux, auront des relations sexuelles avec eux et même voudront les épouser.

David Levy base son constat sur l’observation de notre fascination pour les animaux virtuels, des Tamagotchi aux Aïbo, et sur celle de nos pratiques sexuelles. “L’amour et le sexe avec un robot sont une extension inévitable de nos idées, sentiments et actions quotidiennes dans le cadre de nos relations. La question n’est pas de savoir si cela va arriver, mais quand. Et je suis convaincu que la réponse est : bien plus tôt que nous ne pouvons l’imaginer”, affirme David Levy.

Lire la suite sur  Internet actu

43% des Français pensent qu’en 2050, l’amour sera virtuel

Quelque 30 millions de personnes qui naviguent, plus de 5 millions d’internautes membres de  »  »  » , les Français deviennent fans du Net. Copinage, jeux, sorties, échanges professionnels, rencontres, sur la toile, les comportements changent, tout devient possible… même l’amour. A tel point que près d’un Français sur deux (43%) affirme qu’en 2055, on pourra tomber amoureux d’une personne sur internet … et virtuelle de surcroît.

Lire la suite sur mon-sondage.com