citizenEspace de travail partagé entre plusieurs indépendants

Hier, les salariés n’avaient pas le choix. Ou ils travaillaient dans les locaux de l’entreprise ou chez eux.

Pour limiter les déplacements, le gouvernement instaura en 2012 (rien n’interdit de l’envisager) le 1 % espace libre. Les entreprises de plus de 100 salariés devaient mettre 1 % de leur surface d’occupation à la disposition des travailleurs d’autres entreprises ou verser des sommes permettant la construction d’un local de cette surface. Ces espaces furent appelés des nomadiums.

Les entreprises furent tout d’abord très réticentes à l’installation de ces espaces publics dans leurs murs. Elles justifièrent leurs craintes par les habituelles raisons de sécurité. Ces réticences tombèrent lorsqu’elles s’aperçurent que ces zones libres, favorisant les échanges et le brassage d’idées entre les collaborateurs et des personnes venues d’autres horizons,  devenaient des espaces d’intense créativité et d’innovation.

Actualité du mot

S’il faudra encore attendre un peu pour que les entreprises ouvrent leurs portes, les espaces dits de « co-working » se multiplient.

Métro présente 5 adresses à Paris

Neo-Nomade : tous les espaces de co-working en France