Indice calculant le niveau de sa réussite dans la vie

Le séguelex est une mesure du taux de réussite personnelle. Il est calculé à partir de ce que l’on possède ou pas à un âge donné.

Quelques exemples illustrant le principe de calcul du séguelex :

  • Plus 50 points, si on a un papa qui exige une recherche d’empreintes génétiques pour retrouver son scooter.
  • Plus 38 points si on a des amis qui ont des résidences secondaires et tertiaires où l’on mange du caviar Beluga dans une piscine remplie de Champagne. – Plus 15 points, si on a un appartement à Paris dont le taux d’occupation est d’une personne au 200 m2 sans compter la terrasse. On ajoute 5 points si l’on a une vue « fantaaastique » de la capitale.
  • Plus 26 points si l’on possède une montre que Julien Dray veut acheter.
  • Plus 35 points si on a des pompes dans lesquelles on est aussi à l’aise que Roland Dumas.
  • Plus 140 points, si à 45 ans, on a déjà empoché un pactole pour avoir mis au chômage quelques milliers de personnes,
  • Moins 800 points si vous travaillez pour gagner de l’argent et dix fois plus, si vers le 20 du mois, vous devez négocier avec votre banquier.

Le séguelex permet aux nantis de vérifier qu’ils ne se compromettent pas avec des individus ayant un indice inférieur au leur. Il contribue au rassemblement des pairs et à une reproduction sociale garantie grand teint.

Un député a proposé que les individus ayant un indice de séguelex supérieur à 500 soient exonérés d’impôts. Il considère que, par leur réussite, ils ont fait rayonner l’image de la France. Le projet n’a pas été accepté.


 

Ne dites pas à ma mère que je suis à côté de mes pompes



Le publicitaire Jacques Séguéla vit dans un monde où on s’achète des Rollex tous les matins. Il a estimé que c’était même le signe minimum d’une réussite sociale en affirmant : « Si à cinquante ans, on n’a pas de Rolex, c’est qu’on a raté sa vie. » 

Si les « ratés », ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir une montre à 3.370 euros (pour la moins chère) vont hurler dans les oreilles de la mère du publicitaire qu’il est vraiment à côte de ses pompes de luxe, il ne faudra pas qu’il s’étonne.