Créateur et animateur de dispositifs techniques aidant ou amplifiant la sexualité.

 C’est déjà demain ou les indicateurs de changement

Demain…

La distance ne sera plus un frein aux histoires d’amour. La proximité entre deux individus se mesurera dans la vibration d’objets personnels. 

  • Durex Australie propose des sous-vêtements connectés vibrants activables à distance. Ce dispositif nommé Fundawear utilise une application mobile qui représente le sous-vêtement du partenaire (culotte et soutien-gorge pour les filles et boxer pour les hommes.) Quand on touche l’écran à un endroit, son sous-vêtement se met à vibrer. L’intensité des vibrations dépend de la manière de toucher le sous-vêtement virtuel.

Des coussins mettront l’être aimé qui est loin des yeux, très près du corps.

  • Le Pillow Talk est un coussin connecté au lit de l’amant. Il détecte l’état d’éveil et la respiration des membres du couple. Lorsqu’un partenaire s’endort à l’autre bout du monde, l’oreiller s’allume délicatement, apportant un peu de lumière dans un lit trop vide.

 

  • Le coussin Hugvie a des bras et une tête qui donnent l’impression d’un « contact humain » pendant que nous parlons au téléphone avec l’être cher. Pour que le coussin s’anime, on insère son téléphone dans une pochette située dans la tête du coussin.

On réinventera le morse du cœur.

  • Good Night Lamp est un projet développé par des designers anglais. Le dispositif comprend une lampe principale et des répliques qu’on distribue à ses proches lointains. Lorsque qu’on allume son exemplaire, ces dernières s’illuminent en cœur. Avec son bien-aimé, on peut développer un système de communication : allumée je suis à la maison, éteinte je me couche, clignotante tu me manques…

Nos tablettes masseront à distance le bien aimé

  • André Cofield — étudiant à l’Art Institute of Philadelphia – a crée le eSSAGe Massage Suit, une combinaison connectée par WiFi activable à distance grâce à des dizaines de micro-contrôleurs. Lorsque le partenaire l’enfile, son corps passe virtuellement entre les mains de sa moitié qui peut lui prodiguer un massage en direct à l’aide de votre iPad. S’il manque de douceur, le porteur de la combinaison peut se tourner vers l’une des formules pré-enregistrées mises au point par des pros !

On échangera des baisers par robots interposés`

kissigeng

  •  Un chercheur de Singapour a créé « Kissenger », un petit robot qui transmet les bisous. Ce robot est équipé de lèvres artificielles motorisées. Quand l’un des partenaires embrasse son robot, l’intensité du bisou est reproduite en temps réel sur le robot de l’autre partenaire.

Ou l’on embrassera les posters de notre chambre

  • Les chercheurs de l’Uuiversité de Keio au Japon ont développé un poster interactif que l’on peut embrasser. Un capteur ultrason détecte à quelle distance est la tête de l’amoureux. Lorsqu’il s’approche, l’image change et la personne sourit lorsqu’on l’embrasse.

On fera l’amour avec des outils connectés

  • Les sex-toys « Zeus » et « Héra » sont connectés. L’homme plonge son pénis dans un tube (« Zeus ») alors que la femme utilise un godemiché classique (« Héra »). Les deux partenaires ressentent alors les mouvements respectifs de leur conjoint. Un capteur de pression enregistre et transmet le rythme des va-et-vient de l’homme ainsi que les contractions musculaires du vagin de la femme.

L’érotisme se pratiquera de manière virtuelle et casquée.

  • Oculus, une société de développement de matériel informatique, basé à Irvine en Californie fabrique un casque de réalité virtuelle nommé Rift. L’entreprise s’est associée à l’équipe de développeurs de Sinful Robot (traduire les robots du péché) pour créer un jeu en réalité virtuelle… sexy avec ce casque. Ce dispositif va permettre d’avoir un jeu d’aventure érotique  vraiment être.

On fera jouir des femmes en vitrines… virtuelles

  • À l’aide d’un capteur Kinect et une paire de lunettes vidéos assemblées, un Japonais a créé en réalité virtuelle, une partenaire de sexe nommée Hatsune Miku. Il lui a donné la parole par le biais d’un synthétiseur de voix Japonais appelé Vocaloid. Grâce des lunettes de réalité augmentée, le jeune homme peut caresser sa bien-aimée et constater qu’elle a un air guilleret.

Descriptif du métier

Le sexonaute est un spécialiste de la cybersexualité ou de la sexualité amplifiée par la technique. Il…

  • Conçoit des outils connectés permettant de donner du plaisir sexuel.
  • Évalue et quantifie les degrés de plaisir provoqués par les différents dispositifs.
  •  Travaille sur le développement de fantasmes permettant de projeter les individus dans une rêverie érotique.
  • Met en place des réseaux sociaux permettant spécialisés dans les relations sexuelles virtuelles.

 

Prospective du métier

Le marché du sexe est un marché géant, représentant des centaines de milliards d’euros. Dès l’arrivée d’Internet, ses acteurs ont cherché à exploiter ce nouveau filon. Réalité augmentée, objets connectés, robots, holographie… En toute logique, ils vont profiter de l’évolution des nouvelles technologies pour créer de nouvelles sources de revenus.

« Loin des yeux, loin du cœur ». Avec les connexions permanentes, ce proverbe a pris un coup dans l’aile. L’amour à distance géographique peut être très présent, voire très envahissant. Cette virtualité a ses atouts. Demain, on pourra explorer plusieurs identités sexuelles, choisir de faire l’amour en vrai ou par objets connectés interposés, ou encore démultiplier les plaisirs solitaires.

Ces deux éléments confirment que demain les sexonautes seront nombreux. On espère juste qu’ils seront vraiment créatifs. Sinon, se faire embrasser par un robot en plastique, masser par une tablette, exciter par un patch WiFi risquent de provoquer quelques sévères frustrations.