5598849-businessman-stress-assis-sur-son-bureau-et-avoir-raison-d-39-une-panne-d-39-ordinateurStress provoquée par les nouvelles technologies

La stresstique est un mal qui a pour origine  :

– L’avalanche de mails qu’on n’arrive plus à gérer ;

– Le nouveau logiciel qui officiellement fait tout et officieusement  fait double et plus de travail pour le travailleur.

– L’impression qu’un Big Brother est constamment derrière votre dos.

– Le sentiment que l’ordinateur et donc une machine vous donne des ordres.

– La dictature de l’urgence .

– La difficulté à séparer le bon grain de l’ivraie dans les informations reçues.

– La cannibalisation des relations humaines par un être mécanique.

–  Le sentiment de devoir être disponible en permanence.

La stresstique se traduit par une dévalorisation de soi-même. Les victimes ont l’impression de ne pas être à la hauteur d’une machine.

La stresstique a augmenté avec les téléphones qui permettent à tous instants de lire ses courriers professionnels.

Origine du mot : Le mot est une valise primaire composé de stress et de TIC (Technologies de l’information et de la communication).

C’est déjà demain

 

Pourquoi les nouvelles technologies nous stressent

A peine au bureau, un flot continu de mails envahit votre ordinateur. Et il vous suit où que vous alliez grâce à votre smartphone. Gare à la surchauffe, avertit Thierry Venin, chercheur spécialiste du stress. A lire sur l’Expres

Des entreprises réagissent

Certaines entreprises ont pris conscience du problème et commencent à prendre des décisions en interdisant les emails le soir et le week-end ainsi qu’en édictant des chartes de bonne collaboration

Volkswagen l’a fait. En Allemagne, Vollswagen a décidé de limiter les emails professionnels à la plage horaire de travail de certains employés couverts par un accord syndical. Les serveurs Blackberry de l’entreprise sont activés 30 minutes avant le début de la journée et 30 minutes après, soit entre 7h00 et 18h15. Les membres de l’encadrement ne sont pas concernés.

Thierry Breton veut aller plus loin. Chez Atos, il compte supprimer complètement les mails internes à partir de 2014, en les remplaçant par du chat et des applications collaboratives. Selon une étude interne, les employés d’Atos reçoivent en moyenne une centaine de mails par jours, dont seulement 15% sont véritablement importants. Au total, Breton chiffre le temps passé à lire et à répondre à ces messages à 15 heures par semaine (à l’entreprise et à la maison). Selon lui, mieux gérer ce problème permettrait d’augmenter la productivité.