Biblionique

Biblionique

telephone-library2

Cabine téléphonique transformée en bibliothèque d’échanges de livres

Avec les téléphones portables, les cabines téléphoniques sont délaissées. Les biblioniques leur donnent une deuxième vie en les transformant en bibliothèque éphémère.

Les lecteurs déposent un livre dans une biblionique et en prennent un autre. Si le concept de circulation de livres n’est pas nouveau, la biblionique permet de garder les livres à l’abri.

 

  • Actualité du mot

James Econs, consultant en média sociaux, a transformé en biblionique des cabines de Horsley, une petite bourgade du Surrey située à 40 minutes de Londres. La cabine rouge qu’il a customisée de ses propres mains « avec des livres que je souhaitais donner, une planche et quatre clous » s’est vue rebaptisée pour l’occasion PhoneBoox, en référence à sa nouvelle fonction.

L’opérateur anglais détenteur des cabines rouges British Telecom a cédé certaines d’entre elles pour 1 £ symbolique à de petites municipalités.  350 sont devenus des bibliothèques populaires.

Blogdu

Blogdu

Blogueur qui, rémunéré pour la promotion de produits, s’abstient de le préciser.

Le blogdu ressemble à un blogueur. Comme lui, il donne son avis sur un sujet ou l’autre. Mais, ce blogueur trompe ses lecteurs en vantant les mérites d’un produit ou service d’une entreprise qui l’a rémunéré pour cela.

Le blogdu s’apparente au glandu car il prend ses lecteurs pour des billes alors que ces derniers ne sont pas dupes.

Le blogdu est apparu quand les marques ont découvert que les auteurs de certains blogs bénéficiaient d’une aura manifeste et d’un capital confiant important. Ils ont alors commencé à leur envoyer des produits à tester puis ils les ont rémunérés.

Les blogdus, créant un flou entre ce qui est de l’ordre du publicitaire et non,  ont contribué à la décrédibilisation des blogueurs.

<

Le publi-rédactionnel gonflé à blog

Internet. Des billets n’hésitent pas à vanter les mérites de certains produits, en omettant de préciser que leurs auteurs ont été rémunérés. Presse-Citron, Korben, Such a blog, Viinz, Tapahont et Pingoo. Ces six blogs français à très forte audience ont publié simultanément, le 17 octobre, un article élogieux sur la nouvelle web-série de Canal +, Kali. Ils racontent tous la même chose : un budget impressionnant, un bon son, beaucoup d’action, «une geekette sexy», et publient la vidéo des deux premiers épisodes «en exclu». Drôle de coïncidence… Les lecteurs, pas dupes, ont vite demandé aux blogueurs de préciser la nature exacte de leur relation avec la chaîne. Car si le plus intègre (Presse-Citron) a inséré le mot «publicité» dans le titre de son billet, les autres ont tenté de noyer le poisson par diverses formules inspirées («Je suis invité à vous parler de»,«Canal + m’a présenté la chose») ou n’ont parlé de publi-rédactionnel qu’après avoir été inondés de reproches. C’est le cas de Korben, admettant dans un second article : «J’ai été rémunéré afin de donner mon avis sur cette série.» L’auteur de Such a blog, apparemment vexé, a traité ses lecteurs révoltés de «bien-pensants» en lâchant : «Je suis devenu riche (très) avec ce billet sponsorisé payé par l’annonceur.»
Suite de l’article sur Libération
Bivetus

Bivetus

Bilan de seconde vie

Le bivetus est un bilan d’organisation de la vie des personnes de 70 ans.

Le bivetus cherche à résoudre deux importants problèmes liés au vieillissement de la population :

  • la précarisation d’un nombre important de personnes âgées résultant de l’érosion des retraites ;
  • l’augmentation des maladies liées à l’inactivité. Cancers, dépressions, maladies d’Alzheimer… Les personnes inactives sont plus sujettes à développer ces maladies.

Le bivetus comprend des tests physiques et mentaux ainsi que des entretiens avec des détecteurs de motivation et des analyseurs de parcours de vie.

Le bivetus achevé, le septuagénaire reçoit un carnet de vie avec un éventail d’activités. Chacune étant assortie de points, le sénior doit totaliser chaque mois une certaine somme (dégressive en fonction de l’âge) pour pouvoir toucher sa retraite.

Origine du mot : Mot valise composé de vetus du latin « vieux » et de la première syllabe de bilan.

  • C’est déjà demain

Le bilan senior existe. Il permet d’accompagner les salariés dans leur passage d’état de salarié à celui de retraité afin d’inscrire la retraite dans la continuité de leur projet de vie. Il aide à prendre en main sa retraite et à la  planifier en fonction de ses aspirations.

  • Est-ce une idée désirable ?

  • Oui

Dans le monde « qu’il est beau », on peut imaginer que le bivetus favorise l’éclosion de nombreuses activités pour personnes âgées, permette la réinsertion professionnelle de personnes exclues, change les maisons de retraite en  « maisons de revie ». Il romprait alors avec la tradition de la retraite pantoufle rythmée par de la maladie et de la mort et permettrait de faire comprendre qu’on est vieux lorsqu’on a plus de projets, d’aspirations, d’envies de changer le monde.

  • Non

Le bivetus va casser notre droit à la tranquillité après une vie bien agitée. De plus comme rien faire est la chose la plus fatigante qui soit, la société devra gérer des vieux reposés qui, de fait, vivront de plus en plus longtemps.

Brossanfrice

Brossanfrice

Brosse à dent solaire qui dispense de l’utilisation d’un dentifrice

La brossanfrice est une brosse à dents qui possède une plaque qui capte l’énergie solaire. Cette énergie est transformée en électrons qui sont envoyés par un fil de plomb vers la brosse. Mélangés à la salive, ces électrons entraînent une réaction chimique aux propriétés antibactériennes et luttant contre les plaques. En d’autres termes, exit le dentifrice!

 

  • C’est déjà demain

Ce principe est celui imaginé il y a 15 ans par Kunio Komiyama, professeur de l’université de Saskatchewan au Canada.

Des prototypes de l’appareil nommé Soladey-J3X ont été développés par l’entreprise Shiken (santé dentaire en japonais) basée à Osaka.Selon Shiken, des tests menés dans des cultures de bactéries à l’origine de parodontites ont montré que le processus menait à «la destruction complète des cellules bactériennes», et supprimait la plaque dentaire.

L’appareil a déjà été salué par l’industrie de la santé buccale, en remportant le premier prix lors du congrés FDI World Dental Conference à Dubaï. La brosse a déjà été brevetée dans neuf pays, dont le Japon. Elle devraot sortir sur le marché début 2011 et coûter environ 40 euros.

 

  • Est-ce une idée désirable ?

 

Oui

La brosse supprime le dentifrice et on peut imaginer que dans l’élan, elle fasse des émules. Résultat, demain, finies les différentes poudres à laver, on échange nos barils de décapant contre des heures soleil.

Non

La vie quotidienne va perdre un de ses charmes. On ne pourra plus pester sur cet autre qui, une fois de plus, n’a pas fermé le bouchon du tube de dentifrice et nous oblige à prendre un objet insolite pour le déboucher.

BricoNetage

BricoNetage

Bricolage numérique destiné principalement à  perdre son temps

Trouver un mot ou groupe de mots qui a un nombre d’occurrences précises sur les moteurs de recherches, repérer sur les cartes satellitaires le maximum de maisons ayant un toit bleu, pucer un mail envoyé comprenant un message humoristique et suivre son parcours et ses démultiplications sur une carte, faire chanter une colonie de nains de jardins…Internet est l’endroit où l’on trouve le plus de moyens inutiles pour perdre son temps. Ces bricolages désuets sont nommés des bricoNetages.

Ces bricoNetages sont activement suivis par les entreprises qui les utilisent régulièrement comme vecteur de publicité.

 

  • C’est déjà demain

Internet est un vaste bricolage. Des fées ajoutent des liens aux liens, assemblent des sites et créent une gigantesque toile. Alors rien d’étonnant que cette œuvre titanesque soient consolidée par des petits clics bricolés par nombreux amateurs.
  • Les films en deuxième tour

Les internautes aiment montrer qu’ils ont du talent en bricolant des films réalisés par des professionnels.Deux principes ont en ce moment leurs faveurs : le « recut » et les « sweded versions ».

Le « Recut » consiste à remixer la bande-annonce d’un film en lui donnant une atmosphère totalement différente. Le principe des « sweded versions » est de résumer un film célèbre en apportant sa touche au montage. Piège de Cristal, Le Seigneur des Anneaux ou encore Kill Bill se sont déjà fait « swedé »

Dans le ’sweded Piège de Cristal‘. Tout y est : l’explosion de l’immeuble, la scène des bouts de verre dans la plante des pieds, les chutes dans les escaliers et les couloirs d’aération.

  • Taxi driver en mode deuxième main

  • Face à face

Dans ce qui est nouveau et en train d’agiter la communauté des internautes, on trouve le sleeveface.

Le principe est ultrasimple : prenez une pochette de disque (33T) sur laquelle est reproduite une partie du corps humain, remplacez cette même partie de votre corps avec la pochette et prenez le résultat en photo. Pour l’histoire, John Rostron et Carl Morris, deux jeunes DJ gallois attrapent deux galettes 33T (Paul McCartney et Ted Nugent) lors d’une soirée et posent, le visage masqué par les pochettes devant l’objectif de leurs potes…le phénomène est né.

  • Faites votre clip

Le principe est idiot. C’est tout son intérêt. Il s’agit de réaliser soi-même la vidéo qui accompagne la chanson de son groupe favori. Il suffit de télécharger un petit logiciel sur le site des artistes, www.whoismgmt.com, et vous voilà avec un lot d’images prêtes à être assemblées. On se croirait revenu au temps des premiers effets spéciaux. Un clic sur quelques touches grossières en bas de l’écran permet de changer l’arrière-plan (fonds marins, volcan en éruption…) et les personnages en premier plan (le chanteur faisant du surf sur une planche à repasser, une soirée déguisée à la maison, une gymnaste en exercice…). Deux disques sont déjà disponibles sous cette forme, Electric Feel et Fated To Pretend.