Orgasme provoqué par un procédé technologique.

Combinaison haptique, vibromasseur connecté à l’ordinateur qui vibre en phase avec les fantasmes provoqués par des avatars dans les univers virtuels, clavier thermo-érotique, implant organique, caresses expertes distribués par des créatures 3D… Les pacemakers du plaisir sont légion. Ils déclenchent des technorgasme.
Les adeptes du technorgasme deviennent chaque année de plus en plus nombreux. Cette progression inquiètent les autorités qui craignent que, à cause de cette jouissance machinale, les hommes et les femmes ne fassent plus d’effort pour se supporter. Des experts prédisent que si la sexualité de contact charnel disparaît, les hommes et les femmes vont s’engager dans une guerre fratricide qui aura des conséquences dramatiques.
  • C’est déjà demain

Dans les années 50, deux chercheurs de l’université McGill au Canada, Olds et Miller ont planté sur des rats des électrodes dans une région du cerveau qui sera nommée plus tard, « aire septale », associée aux centres du plaisir.

En sautant sur un levier, chaque animal avait la possibilité de s’administrer une décharge, déclenchant ainsi un orgasme. Les rats ont appris rapidement à sauter sur le levier, et s’y sont précipités avec une fréquence qui augmentait très vite. Au point que les plus costauds se sont pris une centaine de décharges par minute. Et cela en dépit du fait que l’intensité des décharges devenait de plus en plus puissante. Moralité : à ce petit jeu, certains sont morts de fatigue, d’autres ont été électrocutés.

Alors qu’on nous promet l’orgasme technologique. L’avenir nous dira si nous nous serons faits comme ces rats  ayant abusé de techno plaisirs.

  • La techno nique

Les neuro-nano-biotechnologies feront-elles la prochaine révolution sexuelle  ? D’aucuns en rêvent.
« Tout indique que, dans notre monde occidental, nous nous acheminons vers une sexualité sans contact physique et sans partenaire… L’utilisation d’interfaces nano, neuro et biotechnologiques permettra probablement à la fin du XXIe siècle d’établir des relations encore plus intimes que les relations charnelles entre deux êtres. Des logiciels reliés à des nanodispositifs permettant un contrôle direct du cerveau pourraient déclencher des orgasmes à volonté et en toutes circonstances. Et lorsqu’une connexion sans fil entre les centres du plaisir de deux cerveaux sera réalisable, l’acte sexuel au sens où nous l’entendons aujourd’hui, ne sera pas plus intime qu’une poignée de main. » Ainsi rêvait le sociologue américain James Hugues, en marge du colloque sur la « sexualité du futur » organisé fin 2007 par le Club d’Amsterdam, groupe de réflexions prospectives rassemblant des universitaires, des chefs d’entreprise et des artistes. Hugues dirige l’Institut pour l’éthique et les techniques émergentes, une association à but non lucratif basée dans le Connecticut dont la vocation est de « promouvoir les usages éthiques de la technologie pour l’augmentation des capacités humaines ». La révolution qu’il annonce est celle promise par le transhumanisme, un courant de pensée qu’il anime dans le sillage de son fondateur, le Suédois Nick Bostrom. Comme lui, il milite pour l’« amélioration » technologique des performances de l’espèce  : procréation par tous les moyens possibles, dopage mental par la chimie ou l’électronique, prolongation de la vie ad libitum, et orgasmes à gogo…
Suite de l’article sur Ecrans
  • L’ORGASMATRON : l’orgasme féminin sur commande

L’Orgasmatron permet la jouissance sur commandeStuart Meloy, un chirurgien américain spécialiste de la douleur à la clinique Piedmont Anesthesia & Pain Consultants en Caroline du Nord, a affirmé avoir fait une découverte révolutionnaire pour les hommes qui aiment le sexe : un appareil capable de donner un orgasme aux femmes.

Les premiers vibromasseurs ont été inventés aux 18e et 19e siècles par des médecins qui voulaient contrôler le « comportement hystérique » de leurs patientes. Il devait y avoir beaucoup de femmes hystériques à l’époque puisque le traitement a été relativement souvent prescrit, y compris sans appareil.
C’est toujours la même chose avec les inventions destinées à permettre aux femmes de s’épanouir sur le plan sexuel : elles sont le fruit de l’imagination d’hommes qui y font généralement intervenir leurs propres fantasmes. Est-il désormais possible d’atteindre l’orgasme sur commande comme le pense le docteur Stuart ? On commence par placer un implant électronique au niveau de la colonne vertébrale de la patiente, puis il suffit d’appuyer sur le bouton d’une télécommande pour qu’elle jouisse.
Au départ, le docteur Meloy cherchait en fait une manière d’atténuer la souffrance de ses patientes mais certaines d’entre elles ont commencé à pousser de véritables gémissements de plaisir.
Source Vivat : mieux vivre au quotidien