paris-mur-vegetal-patrick-blanc-musee-branly-jean-nouvel

Utilisation aussi compulsive qu’abusive du végétal pour se donner une conscience verte

La planète va mal, il faut la sauver. Tout le monde se met au vert. Profitant de l’engouement de green attitude, le végétal est servi à toutes les sauces.

On fabrique des murs, publicités, tableaux, objets à base de plantes. Si l’on ne pose pas la question de ce que cela apporte à la planète et des ressources consommées pour faire du produit vert, on fait dans la végétalite.

La végétalite a atteint son sommet avec les voitures green vertes, des voitures dont la carrosserie est végétalisée, les livres feuilles de chêne (le texte est imprimé sur des feuilles tombées des arbres), l’engouement pour les fringues taillés dans des feuilles de nénuphar… L’énergie consommée par la production de ces objets les mettaient dans la catégorie des « sérieusement polluant ».

  • VERT C’EST VERT, IL Y A DE L’ESPOIR

De Paris à Pittsburgh, le végétal envahit en ce moment nos panneaux d’affichage, pour le plus grand bonheur des fans de l’écologie

Si vous roulez sur le périph parisien, vous n’avez pas échappé à cette enseigne à plus de 20 mètres de haut qui surplombait cette voie empruntée chaque jour par 230 000 véhicules! Et comme vous serez bien entendu bloqués roue contre roue, vous aurez tout le temps de lire les quatre lettres figurant sur le panneau : PEFC, ainsi que l’accroche : « Pour Nos Forêts », et l’adresse du blog (nos-forets.org ). L’opération conçue par Cédric Peiffer (agence Evoo ) est étonnante pour plusieurs raisons : son concept, sa durée (PEFC affichera pendant deux ans ses quatre lettres entièrement végétalisées), et sa composition écologique et responsable (lettrages faits en végétaux, logos, textes et décors en bois certifié, éclairages en LEDS, eaux d’arrosage recyclées…).

  • Les murs végétaux

Vous rêvez d’installer des végétaux pour habiller vos murs, vivre dans la verdure, sentir les plantes en ouvrant les volets le matin ? C’est beau, c’est écolo mais jusque-là, ce n’était pas vraiment donné… comment faire ?
C’est beau, c’est écolo mais jusque-là, ce n’était pas vraiment donné… comment faire ?

  • Le mur végétal, une invention de l’homme ?

C’est Patrick Blanc, botaniste, qui a le premier inventé le concept. Mais en fait, Hugo Bonte a trouvé le moyen d’en créer des moins onéreux et il nous rappelle que dame Nature elle-même avait initié les végétaux qui poussent à la verticale ! Ce qui est nouveau, donc, c’est de le recréér soi-même et de trouver les structures les plus adaptées et les plus viables. Bref, d’imiter au mieux la nature elle-même.

  • omment faire alors ?

Pour que cela puisse être réalisable par tous et que le budget soit moins exorbitant, on prend du feutre horticole, qui a la particularité d’avoir une grande capillarité, ce qui fait que l’eau se répand vite sur toute la surface.

Ce feutre permet en outre, et c’est nécessaire, aux plantes d’installer leurs racines. C’est par ce matériau que les plantes sont arrosées. On fait des entailles dedans, on insère des végétaux et on laisse prendre.

Lire la suite sur france5