Permis santé à points

Le vivanto reprend le système du permis de conduire à points.

  • Lorsque les individus atteignent 60 ans, la sécurité sociale leur octroie un capital de points. Chaque opération et traitement médical  en enlève un certain nombre.
  • Quand les personnes n’ont plus de point, elles peuvent soit en racheter en souscrivant à une assurance complémentaire, soit payer les soins dont elles ont besoin.
Le vivanto a été instauré pour but de limiter les dépenses de santé des personnes de plus de 60 ans. Si le système est efficace, le retraité qui a des finances malades, a tout intérêt à être en bonne santé. 

Face à l’augmentation massive de la population vieillissante, l’instauration du vivanto s’est fait sans résistance. Désirant aller plus loin dans la réduction des dépenses de santé, le gouvernement a proposé de mettre en place le vivanto à la naissance. Les associations se sont mobilisées pour repousser ce principe trop inégalitaire à leurs yeux. Elles estiment qu’il condamnait sans appel tous ceux qui étaient atteints d’une pathologie lourde et de ce fait faisait régresser la société.


  • C’est déjà demain

A cause du déficit chronique de la sécurité sociale, les politiques gambergent. Après la franchise système habituellement utilisée dans l’assurance automobile, pourquoi ne pas envisager le permis santé à points. Quand cela roule dans la voie d’une gestion capitalistique de la santé, on peut s’attendre à toutes formes de limitation de vitesse aux dépenses.